Victoire pour les écologistes : l’A45 n’est plus prioritaire, place aux alternatives !
Partager

En la jugeant “non prioritaire”, le rapport du conseil d’orientation des infrastructures vient de repousser à des horizons lointains le projet de seconde autoroute entre Lyon et Saint-Étienne.

C’est une victoire pour les agriculteurs locaux, pour les écologistes mobilisés depuis plus de 25 ans contre le projet mais surtout pour l’environnement et l’avenir de la planète.

Europe Écologie Les Verts se félicite d’une décision qui va permettre d’envisager sereinement les alternatives à ce projet qui prévoyait de bétonner des hectares de terres agricoles et de dévitaliser la ville de Saint-Étienne. L’argent public qui était destiné à ce projet doit désormais être orienté vers des projets plus vertueux pour assurer les liaisons entre la Loire et le Rhône.

Les alternatives comme souvent face à ce genre de projet sont multiples :

  • Densifier l’offre de transports en commun avec enfin une offre de type « RER pour la région lyonnaise* »
  • Desservir les communes de la vallée du Gier avec une véritable offre de transports en commun
  • Rénover l’autoroute existante en mettant aux normes les tronçons les plus dangereux
  • Développer les solutions de rabattement vers les gares
  • Accompagner et favoriser le covoiturage

* RER pour la région lyonnaise : avec, en plus de l’existant, l’utilisation de la rive droite du Rhône, en développant Saint-Étienne / Perrache, mais aussi en ouvrant Condrieu / Givors et en prolongeant jusqu’à Givors la ligne Saint-Paul/Gorge-de-Loup/Brignais, en développant les tram-trains…

 

Communiqué du 1er février 2018 – Europe Écologie Les Verts du Rhône et de la Métropole

Une réflexion au sujet de “Victoire pour les écologistes : l’A45 n’est plus prioritaire, place aux alternatives !

  1. Bonjour

    Il doit être possible de mettre assez rapidement en œuvre une solution pour améliorer les choses : des services de cars fréquents sur l’A47,
    desservant des stations disposées le long même de l’autoroute, sur des élargissements ponctuels (longs de quelques hectomètres, permettant aux cars de ralentir, s’arrêter prendre/déposer les voyageurs, et accélérer pour se réinsérer dans le trafic),
    et aussi près que possible des habitats ou activités.

    Un examen rapide (google maps vues aériennes) donne peut être 15 ou 20 « opportunités d’arrêts » entre St Etienne et Givors. Plus de 70 000 personnes habitent dans la vallée du Gier (sans même compter Givors), et souvent très proches de l’A47.

    Il ne s’agit pas de remplacer les TER ferroviaires, mais d’assurer des services complémentaires de proximité, en tenant bien compte du fait qu’il n’y aura certainement jamais 15 à 20 gares ferroviaires, et qu’il est tout de même préférable que 40 personnes roulent dans un car que dans 30 à 40 voitures.

    Bernard Girard
    Président de DARLY

Les commentaires sont fermés.