Se déplacer à pied ou à vélo après le confinement : un enjeu de santé publique et individuelle
Partager

A la sortie du confinement, la reprise de la mobilité devra se faire en privilégiant les modes non polluants, car la pollution est présentée comme un facteur aggravant de l’exposition au Covid19. Même si le télétravail se poursuit pour limiter les déplacements et si l’offre des transports en commun fonctionnera à 80%, avec des mesures sanitaires et de distanciation, il est probable que de nombreux usagers préfèreront d’autres modes de déplacement, pour éviter les contacts. Afin de ne pas provoquer un report massif vers la voiture individuelle, il est urgent de mieux partager l’espace public au profit des modes actifs. Pour cela, il est indispensable de mettre en place des aménagements temporaires pour piétons et cyclistes – appelé aussi urbanisme tactique – visant à sécuriser des itinéraires continus et lisibles.

« Distanciation physique, qualité de l’air, absence de bruit, bénéfices en termes de santé publique, les avantages de la marche et du vélo sont nombreux et seront particulièrement adaptés à la période de déconfinement à venir, mais ils appellent des conditions de sécurité. De très nombreux Villeurbannais- e-s et Grands Lyonnais-e-s voudront se reporter sur ces modes. Il est primordial que la ville de Villeurbanne et la Métropole soient au rendez-vous et préparent ainsi la ville résiliente que nous devrons construire après cette crise » explique Béatrice Vessiller.

C’est pourquoi les écologistes de Villeurbanne, comme ils l’ont fait à l’échelle de la Métropole, proposent des mesures à déployer rapidement en faveur de la marche, du vélo, de la trottinette pour Villeurbanne.

Généraliser la limitation à 30km/h dans les rues de Villeurbanne : la ville à 30 km/h contribue à la sécurité des piétons et des cyclistes, et elle permet aussi de réduire les nuisances sonores. L’ensemble des rues doivent être concernées, sauf quelques grands axes (Bd Bonnevay, Bd de Stalingrad…)

Rendre la rue aux citoyens piétons, élargir les trottoirs trop étroits : pour assurer un croisement distancié des piétons, ou de bonnes conditions de files d’attente devant les commerces, les trottoirs doivent avoir une largeur de 2.50m. En supprimant une voie de circulation ou une voie de stationnement, on peut attribuer une partie de la chaussée aux piétons (rue P. Baratin, rue Péri vers la place Wilson …) et laisser le trottoir aux piétons (Bd du 11 novembre par suppression de la mixité piétons/vélo).

Sécuriser les abords des écoles : « Dans plusieurs groupes scolaires, les abords des écoles ne permettent pas la distanciation, ni l’attente des parents et enfants devant le portail. La reprise de l’école, après le confinement, c’est le moment d’expérimenter la fermeture temporaire des rues aux heures d’entrée et sortie d’école », propose Pauline Schlosser, parent d’élève à Saint-Jean et militante écologiste. Parmi celles qui pourraient être concernées, citons les écoles Jean Jaurès, Emile Zola, Saint Exupéry, Croix-Luizet, maternelle Château Gaillard, Lazare Goujon…

Réaliser un réseau d’itinéraires cyclables temporaires, dont les axes du Réseau Express Vélo (REV) : il s’agit d’itinéraires cyclables continus et lisibles, sécurisés, sur des axes est-ouest et nord-sud (cf carte ci-après en vert). Ils sont matérialisés et sécurisés à l’aide de balisages au sol et de mobilier temporaire :

  • Ouvrir tous les couloirs de bus aux vélos en les élargissant autant que possible par des aménagements temporaires ;
  • Affecter une voie au vélo, sur les axes à 2 voies de circulation par sens, notamment sur rue L. Blum entre le Bd Bonnevay et La Soie, cours André Philip… ;
  • Elargir les bandes cyclables existantes (cours de la République, avenue Auguste Blanqui, cours Emile Zola…)
  • Supprimer du stationnement ou un sens de circulation (rue du Docteur Rollet, rue Léon Chomel, rue Francis de Pressensé) ;

Le réseau REV est composé de 4 lignes (cf carte ci-dessous en rouge) :

  • Ligne La Doua Lyon 1/IUT Lyon 2-Parilly
  • Ligne Carré de Soie/ Gare de Vaise ;
  • Ligne Cusset / Vieux-Lyon (par le cours Emile Zola ou la rue Francis de Pressensé) ;
  • Ligne Caluire / Parc de Miribel (du pont Poincaré au pont de Croix-Luizet) ;

Cartographie des aménagements cyclables à réaliser rapidement

Accompagner les citoyen-ne·s non cyclistes à se mettre/remettre au vélo :

  • Aide à la remise en état des vélos ;
  • Éducation au vélo (pour les adultes et au « savoir rouler » pour les collégiens et élèves)
  • Renforcement de l’aide à l’achat ou à la location longue durée de vélos (à assistance
    électrique ou classiques) ;
  • Campagne de communication pour la promotion du vélo et le partage de la rue
  • Installation de stationnements vélos sécurisés et temporaires ;

Renforcer le contrôle pour le respect des aménagements, et notamment la surveillance du stationnement illicite sur les trottoirs, près des passages piétons et sur les aménagements cyclables, par des policiers municipaux à pied ou à vélo ;

Piétonniser l’avenue Henri Barbusse de façon pérenne.

Le contexte du COVID et du déconfinement nous donnent l’opportunité de repenser et de réinventer l’espace public, en favorisant les modes actifs, la vie locale, la réduction des nuisances dues à la circulation. La Ville et la Métropole doivent être prêtes dès le 11 mai pour la reprise de la mobilité et ne pas ajouter à la crise sanitaire actuelle une aggravation des conditions de circulation et une dégradation de la qualité de l’air.

Jean-Claude Ray
Secrétaire du groupe local Europe Ecologie Les Verts Villeurbanne