Prévention et sécurité publique : oui au travail de fond des élu-e-s écologistes, non à l’affichage électoral !

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

A Lyon et dans les municipalités gagnées par les écologistes : un travail de fond est engagé pour construire une ville sûre et paisible pour les habitant-e-s

A la veille des élections régionales, des enquêtes d’opinion placent la sécurité parmi les principales préoccupations des français.
En Auvergne-Rhône-Alpes, la droite dure et l’extrême droite, dans une compétition délétère, surfent allègrement sur ce climat d’anxiété alors que la sécurité n’est pas une compétence directe de la Région. C’est aux exécutifs municipaux et au gouvernement qu’il appartient de trouver un juste équilibre entre prévention et sécurité.
A Lyon comme dans les nouvelles municipalités gagnées par les écologistes et leurs alliés, loin des polémiques stériles, c’est un travail de fond qui est mené pour construire les conditions d’une ville sûre et paisible pour les habitant-e-s.

Pour la sécurité : un budget caméras exorbitant /
Pour la formation professionnelle : une chute spectaculaire du budget

A la surenchère verbale du candidat du Rassemblement national qui annonce un plan « anti-racailles » pour la Région, Laurent Wauquiez répond par la vidéosurveillance. L’une de ses marottes, dont le coût exorbitant pour les contribuables ne l’a pas pourtant pas conduit à demander une étude d’impact. Par peur du résultat ? L’enquête de la Cour des comptes de 2020 sur le déploiement des caméras ne relève « aucune corrélation globale » entre « l’existence de dispositifs de vidéoprotection et le niveau de délinquance commise sur la voie publique, ou encore le taux d’élucidation » des crimes et délits.

L’ascension du budget de la sécurité durant le mandat de Laurent Wauquiez n’a d’égal que la chute spectaculaire de celui de la formation professionnelle. Pour Fabienne Grébert, candidate écologiste à la Présidence de la Région, ce dispositif de formation « offre un avenir à notre jeunesse et aux demandeurs d’emploi » et constitue un antidote contre la précarité et la misère, une forme d’intégration qui permet de traiter le problème de l’insécurité à la racine, loin de l’affichage électoral.

Les solutions des écologistes : insertion par l’emploi, revenu de solidarité jeunes, augmentation du nombre de policiers municipaux…

Dans les villes et agglomérations investies par les écologistes, les auralpin-e-s bénéficient déjà de politiques d’insertion sociale, de prévention et de sûreté publique. La Métropole de Lyon renforce les dispositifs d’insertion par l’emploi, d’accès au logement pour les sans-abris, de lutte contre le décrochage scolaire et contre les violences conjugales. Le RSJ – revenu de solidarité jeunes – est mis place devant le refus du gouvernement d’expérimenter un « RSA jeunes » : il s’adresse aux jeunes précaires de 18 à 24 ans sortis du système éducatif et ne bénéficiant d’aucun soutien.

A Lyon, la majorité valorise le maillage associatif en subventionnant la prévention de la récidive et la médiation des conflits du quotidien et à proximité des établissements nocturnes. La vidéoverbalisation est amplifiée. La présence humaine est renforcée avec plus de policiers municipaux. Pour pallier la baisse des effectifs du mandat de Nicolas Sarkozy, Grégory Doucet et Bruno Bernard ont obtenu du Ministre de l’Intérieur l’arrivée de 300 policiers nationaux. Enfin Mohamed Chihi, adjoint à la sécurité à la Ville de Lyon, a réagi à la résurgence des rodéos urbains : « nous travaillons sur l’identification des auteurs, deux d’entre eux ont été interpellés et déférés … une cellule rodéo va se réunir » associant police municipale, police nationale et associations. « Notre engagement et les moyens déployés sont à la hauteur des enjeux ».

Les habitant-e-s de la Métropole et d’Auvergne-Rhône-Alpes attendent des personnes en responsabilité des solutions concrètes et durables aux problèmes de délinquance, fruit d’un travail et d’une écoute quotidienne qui s’affranchissent de toute forme de récupération politique !

Crédit photo : « police à vélo, Champ-de-Mars (PARIS,FR75) » by jean-louis zimmermann is licensed under CC BY 2.0