Pollution de l’air : l’Union Européenne donne 10 jours à la France pour agir : à Lyon c’est 10 ans d’inaction
Partager

Europe Écologie Les Verts tire la sonnette d’alarme : l’urgence sanitaire de la pollution de l’air n’est pas prise au sérieux à Lyon. Depuis 10 ans la commission européenne alerte sur la passivité de la France. La métropole de Lyon est largement concernée.

« Depuis 10 ans, de pics en pics, la pollution de l’air est devenu un véritable enjeu sanitaire. Mais alors que de grandes métropoles européennes prennent ce problème à bras le corps, quelle a été la réponse des différents présidents de métropole ou préfets durant ces 10 dernières années à Lyon ? Des plans qui n’en finissent plus d’être étalés, repoussés dans le temps ou édulcorés » explique Thomas Dossus, secrétaire EÉLV Lyon Métropole.

Pour rappel, dès 2007, il y a plus de 10 ans, la Commission européenne lançait un précontentieux. En 2009 elle engageait une démarche contentieuse et adressait un avis motivé concernant le non-respect des valeurs limites de concentration de particules fines (PM10) pour 16 agglomérations dont Lyon !

Et cerise sur le poumon en février 2013 une mise en demeure complémentaire concerne Lyon avec un nouveau grief qui s’ajoute : l’insuffisance des plan d’action ! Avril 2015 « avis motivé complémentaire » !

Concernant les Oxydes d’Azote, pas mieux ! Des procédures d’infraction sont engagées contre la France (dont Lyon) depuis 2010. En juin 2015 la France est mise en demeure  pour dépassement des valeurs limites et insuffisance (encore !) des plans d’action !

Et si 19 zones (dont Lyon) dépassent la valeur limite annuelle, deux (Paris et Lyon) dépassent la valeur limite horaire. La commission insistait encore sur la « situation persistante de non-respect et sur la faiblesse des plans d’action. »

10 jours ou 12 ans !?

Et si Nicolas Hulot, a demandé au préfet de préparer une feuille de route d’ici à mars pour « mettre fin aux zones de non-droit de santé publique violant les normes européennes », que dira-t-il du Plan Oxygène de la Métropole qui se fixe à l’horizon 2030 le  respect des valeurs règlementaires et sanitaires…

Au moment où le débat public s’enclenche enfin concernant la Zone de Faible Émission de la Métropole, EÉLV rappelle qu’il faut passer la vitesse supérieure

  • en interdisant dès maintenant les véhicules les plus polluants et
  • en aidant les artisans et particuliers à changer pour un véhicule nettement moins polluant.

Et aussi renforcer toutes les mesures favorisant les alternatives à la voiture individuelle :

  • transports en commun renforcés en développant les couloirs réservés aux bus, avec priorité aux feux ;
  • coup d’accélérateur aussi pour faire passer la surmultipliée au plan vélo ! Dès maintenant des axes structurant « Réseaux express vélo » (autoroutes à vélo) doivent être mis en œuvre.
  • Les entreprises doivent d’urgence mettre en œuvre les « plans de mobilités » que prévoit la loi (au 1er janvier 2018 !).

Pour Pierre Hémon, conseiller délégué aux vélo et modes actifs à la Métropole : « Rien ne se fera pleinement sans une mobilisation de tous les citoyens. Quantité de petits déplacements peuvent se faire sans voiture. La marche à pied doit devenir un « sport métropolitain » dans une Métropole ou plus de la moitié des déplacements font moins de 3 kilomètres. »

Europe Écologie Les Verts du Rhône et de la Métropole

Communiqué du mercredi 31 janvier 2018