Pollution de l’air : l’inaction lyonnaise envoie la France devant la Cour de Justice de l’Union Européenne
Partager

Communiqué – Jeudi 17 mai 2018

La Métropole doit changer de braquet!

Le couperet est tombé. La Commission Européenne envoie la France devant la Cour de Justice de l’Union Européenne en raison de son inaction en matière de pollution de l’air. La raison principale : les feuilles de routes fournies par les grandes métropole, dont Lyon, sont insuffisantes. Cette décision confirme les nombreuses alertes que les écologistes ont émis depuis des mois : le plan Oxygène métropolitain n’est pas à la hauteur des enjeux.

Pour Thomas Dossus, secrétaire EÉLV Rhône – Métropole de Lyon :
Les avertissements, les ultimatums, les mises en demeure se sont multipliés depuis 2009 concernant la pollution de l’air. À Lyon, les maires et/ou présidents de Métropole ont détourné le regard, fait quelques déclarations timides, puis ils ont continué de soutenir des projets polluants et inutiles comme l’Anneau des Sciences. Le plan Oxygène annoncé depuis le début du mandat ne promet aucune mesure contraignante avant 2020. Cette inaction a un coût sanitaire, elle va donc avoir un coût financier avec une amende pour notre Métropole qui s’annonce élevée.

La cause principale de cette décision européenne : les oxydes d’azote (NOx). Cette pollution liée surtout aux véhicules diesel est extrêmement toxique, et les scientifiques démontrent chaque jours de nouveaux impacts sur les personnes fragiles exposées (personnes âgées, enfants, femmes enceintes).

Pour Thomas Dossus, secrétaire EELV Rhône – Métropole de Lyon :

Avec la pollution aux oxydes d’azote il n’y a pas beaucoup de choix : les gros émetteurs sont les véhicules thermiques. Il faut donc rapidement des mesures contraignantes pour limiter la circulation des plus polluants. Au cœur de notre Métropole, à Lyon (Lyon 1er)  l’école Michel Servet est saturée de NOx au delà des limites fixées par l’Organisation Mondiale de la Santé pendant 12 MOIS SUR 12 ! Et la situation n’a fait qu’empirer avec une augmentation de 60% en quatre ans ! Les parents, l’équipe pédagogique et des habitants du quartier alertent depuis des années. L’inaction de la Mairie et de la Métropole face à ces alertes est un scandale sanitaire.

Fin de l’inaction : place aux décisions

Pour lutter contre la pollution de l’air, les 5 mesures proposées par les écologistes :

  1. Réduire au plus vite le nombre de véhicules polluants qui circulent dans la Métropole de Lyon : des zones à circulation restreinte pour les véhicules polluants ; + de zones à 30 km/h ; incitation au covoiturage et à moins de déplacements ; développement du télétravail, des espaces de coworking dans les communes, incitations au covoiturage.
  2. Mettre en place des mesures automatiques les jours de pics de pollution : restrictions automatiques de circulation sur la base de vignettes crit’Air ; limitation des industries polluantes.
  3. Améliorer la qualité des transports en commun et des infrastructures vélo : plus de couloirs de bus, des horaires étendus, des tarifs plus simples, des véhicules plus confortables et un réseau de pistes cyclables plus sûres et mieux connectées.
  4. Stopper les projets routiers inutiles : l’A45 ou l’Anneau des Sciences ne feront qu’augmenter le nombre de voitures et camions en circulation donc la pollution. Ils doivent être abandonnés.
  5. Dès maintenant construire des villes respirables : une métropole de Lyon végétalisée dans laquelle on se déplace mieux et moins,  dans laquelle les véhicules diesel ne sont plus la norme, dans laquelle les livraisons sont faites en véhicules non polluants, dans laquelle les comportements vertueux sont récompensés !