Pollution de l’air à Lyon : l’inaction coupable de la Métropole
Partager

Lyon est encore frappé par un épisode de pollution aux particules fines. Europe Ecologie – Les Verts dénonce la lenteur des mesures pour en finir avec cette série dont les épisodes se répètent au moindre anticyclone et souhaite que 2019 soit l’année de l’action avec une accélération du plan Oxygène métropolitain.

Pour Thomas Dossus, secrétaire d’Europe Ecologie – Les Verts Métropole de Lyon : “Il suffit d’un anticyclone pour que les lyonnais se retrouvent piégés sous un nuage de particules fines. Ces épisodes ne sont pas simplement le fruit de caprices météorologiques, ils sont le résultat d’années d’inaction en matière de politique de réduction des émissions de particules fines.

Comme l’a déjà indiqué la Commission européenne en renvoyant la France devant la Cour de justice de l’Union Européenne, la feuille de route de la Métropole de Lyon contre la pollution de l’air n’est pas assez ambitieuse. En effet, la Zone à faibles émissions de la Métropole de Lyon qui doit entrer en vigueur en 2019 ne permettra pas de faire baisser rapidement et durablement le taux de particules fines ou d’oxydes d’azote dans l’air lyonnais.

Europe Ecologie – Les Verts souhaite pour 2019 que ce dispositif soit grandement amélioré :

· en intégrant les véhicules particuliers les plus polluants (en plus des poids lourds et véhicules utilitaires légers, pour l’instant seuls concernés)

· en réduisant la phase dite “pédagogique” à seulement 6 mois au lieu d’une année actuellement. La Zone à Faibles Émissions doit donc devenir réellement contraignante au 1er juillet 2019, y compris pour les voitures personnelles “non classées” (c’est à dire qui n’ont pas droit à la vignette Crit’Air)

· que la portion de l’A6/A7 prochainement déclassée soit incluse dans le périmètre de cette ZFE

En contrepartie à ces mesures contraignantes pour les véhicules les plus polluants, Europe Ecologie – Les Verts propose un cadre favorable à l’abandon de son véhicule motorisé polluant :

· avec une prime métropolitaine complémentaire à celle de l’Etat pour changer de véhicule

· en n’augmentant pas les tarifs TCL au 1er janvier 2019

· en accompagnant les professionnels avec des diagnostics d’éco mobilité visant à réduire et optimiser leurs déplacements motorisés

· en développant les transports en commun, en particulier dans tout l’Est de la Métropole

· en renforçant la montée en puissance du vélo en créant un véritable réseau express vélo (REV), et en développant de partout des systèmes sécurisés de parcs-vélos

· en investissant dans des moyens de transports innovants et performants : télécabines ou navettes fluviales

Avec ces mesures, comme énormément de grandes métropoles Européennes, Lyon pourra se fixer un objectif ambitieux de “sortie du diesel”, c’est à dire de la fin de circulation des véhicules diesel sur son territoire. Avec de l’ambition, pour Europe Ecologie – Les Verts, la métropole de Lyon peut en finir avec le diesel en 2025.

Une réflexion au sujet de “Pollution de l’air à Lyon : l’inaction coupable de la Métropole

  1. Votre programme n’est pas un programme ambitieux mais un programme tout a fait normal et qui devrait être adopté par nos élus le plus rapidement possible.

Les commentaires sont fermés.