Plan Oxygène de la Métropole : des petits, tous petits pas
Partager

Réduire la vitesse automobile, c’est Oui, réduire nos exigences pour lutter contre la pollution atmosphérique, c’est NON !

Les élu-e-s Europe Écologie – Les Verts de la Métropole se réjouissent que leur demande de ramener de 90 à 70 km/h la vitesse sur le périphérique de la porte du Valvert jusqu’à l’autoroute A7 soit prise en compte.

Et donc au 1er janvier 2019, ce qui semblait impossible, illusoire, source de bouchons, à l’immense majorité des conseiller-e-s métropolitain-e-s, deviendra réalité.

Cet apaisement de la vitesse aura des effets bénéfiques sur la santé des populations vivant à proximité de cet axe, notamment les plus fragiles. En outre, à la diminution des émissions d’oxydes d’azote et de particules fines, s’ajoutera une diminution du bruit, une nuisance souvent sous-estimée.

Mais cette avancée n’est qu’un petit pas.

Si nous sommes en phase et travaillons de concert avec le président actuel de la Métropole sur le Plan Climat, la rénovation thermique des bâtiments, la réduction des déchets, le développement des mobilités alternatives à la voiture individuelle,  nous ne pouvons accepter que les ambitions que nous avions prises collectivement sur le Plan Oxygène, en particulier sur la Zone à Faible Émission, ne soient pas aujourd’hui suivies d’actions et de décisions fortes et claires.

En effet entre l’annonce de février 2018 et celle qui devrait être soumise à concertation cette automne la différence est nette :

  • La date réelle de mise en œuvre, janvier 2019, a été reculée à janvier 2020.
  • Les véhicules utilitaires et les poids lourds classés Crit’Air 3 continuent à être autorisés à circuler.
  • Notre proposition de limiter la circulation des véhicules personnels de plus de 20 ans, soit à peine 7% du parc, n’a même pas été examinée.
  • Idem quant à notre proposition de mise en œuvre au 1er juillet 2019 de la ZFE, même pas étudiée !

Alors que nous sommes face à une urgence de santé publique, que la Cour de Justice de l’Union Européenne a retoqué la feuille de route française pour insuffisance de mesures, que les Lyonnaises et les Lyonnais ont vécu l’été le plus caniculaire depuis 15 ans, qui fait de la Métropole le territoire le plus exposé de France aux canicules à répétition, que Nicolas Hulot a jeté l’éponge parce que rien de sérieux n’est engagé par le Gouvernement, que 15 000 Lyonnais, la Génération Climat, manifestent pour qu’on arrête la politique des petits pas en la matière…. c’est à ce moment que nous ralentirions le pas ?

Les élu-e-s écologistes resteront, au côté du Président de la Métropole, vigilant-e-s, proposant-e-s et actif-ve-s. Et, nous espérons que notre force de conviction permettra l’amélioration et la mise en œuvre plus rapide du Plan Oxygène.

Mais, à ce jour, comme nous ne pouvons pas cautionner ce manque de réalisations en faveur de la qualité de l’air que nous respirons, nous quittons le Comité de Pilotage du Plan Oxygène.

 

Le groupe des élu-e-s EELV de la Métropole de Lyon