Lutte contre la canicule et pollution : ils ne s’y mettent vraiment pas tous !
Partager

La canicule n’est pas le fruit du hasard. La pollution est un sujet politique, qui frappe en premier lieu les personnes les plus fragiles, est responsable de milliers de morts prématurées en France. L’inaction des pouvoirs publics est irresponsable !

L’épisode extrême de canicule que la France, et la région lyonnaise tout particulièrement, subissent ces jours-ci est directement imputable au dérèglement climatique. La France n’est pas à la hauteur des engagements pris dans le cadre de l’accord de Paris mais en plus les pouvoirs publics développent des politiques qui soit aggravent la situation, soit mettent un cautère sur une jambe de bois.

Là encore, ce sont les publics les plus fragiles qui sont les plus exposés : d’abord les sans-abri dont on sait qu’ils meurent plus en été du fait de la déshydratation mais également les personnes âgées isolées et les familles qui n’ont pas les moyens de quitter leur quartier transformé en étuve.

Il en est de même à Lyon et dans la Métropole. Si les discours sont toujours plus lyriques sur la protection de l’environnement et du climat, les actes ne suivent pas. De la création d’un ersatz de Zone à Faible Émission (qui laisse rouler sans contrôle et sans contrainte les camions, camionnettes et vieux diesels les plus polluants) au puits sans fonds des crédits pour l’autoroute souterraine que sera l’Anneau des Sciences, le président de la Métropole hésite entre sur-place et petits pas…

De pots de fleurs dans la presqu’île en demande de dérogation pour les véhicules de la ville les plus polluants, le maire de Lyon hésite entre rien et pas grand-chose !

Pour mener une politique efficace les écologistes proposent de :

  • développer les transports en commun de manière volontariste au-delà du cœur de la métropole pour permettre aux habitants des deuxième et troisième couronnes d’être moins dépendants de leur voiture ;
  • que l’abonnement TCL permette à prix constant de prendre aussi bien les trains que les bus tram tramways ou métros sur notre territoire
  • que des parkings vélos sécurisés soient installés à proximité immédiate de toutes les gares et dans tous les quartiers ;
  • d’abandonner le projet (3 milliards d’euros) d’un autre âge qu’est l’Anneau des Sciences qui va amener plus de voitures et plus de pollution ;
  • développer réellement les trains du quotidiens sur la Métropole au lieu de gaspiller plus d’un milliard et demi d’euros d’argent public à faire une gare souterraine pharaonique ; un projet qui de plus menace notre ressource en eau qu’est la nappe phréatique déjà durement victime de la sécheresse.

Ce sont des politiques écologiques, au plus près des citoyens, protégeant la vie et la santé des plus fragiles, attentives à l’avenir de ses enfants et petits-enfants, dont a besoin notre Métropole, dont ont besoin Lyon et les villes de notre territoire.

Avec EELV et des citoyennes, citoyens engagés pour le climat, l’écologie sera au centre des actions municipales, métropolitaines.

Europe Écologie Les Verts Rhône et Métropole de Lyon

Jeudi 27 Juin 2019