Conseil Métropole / Villeurbanne Grandclément / Béatrice Vessiller

Conseil de la Métropole du 28 janvier 2019

Intervention de Béatrice Vessiller

N° 2019-3314 – Villeurbanne – Secteur Grandclément Gare – Ouverture et modalités de la concertation préalable à la création de la zone d’aménagement concerté (ZAC) et de la participation du public aux décisions ayant une incidence sur l’environnement

Monsieur le Président, cher-e-s collègues,

 

Le quartier Grandclément connaît une profonde mutation depuis plusieurs années, notamment avec l’arrivée du tramway T3 en 2006. Des centaines de logements se sont construits, le Médipôle à l’Est, mais le tout sans vision d’ensemble, sans opération publique d’aménagement, et donc sans les équipements et espaces publics nécessaires. Il y a bien le PUP1 Alstom mais c’est une toute petite partie du grand secteur à enjeux entre la place et la Soie. Nous souscrivons donc à l’objectif proposé aujourd’hui, après plusieurs années d’études avec le cabinet Michelin, de créer une ZAC pour définir le projet urbain en concertation avec les habitant-e-s, et les conditions financières de sa réalisation. Nous voulons insister justement sur la place des habitant-e-s dans l’élaboration du projet. La concertation s’ouvre aujourd’hui avec une délibération très succincte, et aucun des documents produits depuis plusieurs années par le cabinet Michelin, avec la Ville et la Métropole bien sûr, mais aussi avec le conseil de quartier Grandclément/Perralière. C’est pourquoi il nous paraît indispensable que le plan guide mentionné dans la présente délibération soit mis à disposition du public, y compris sous forme numérique et que des réunions publiques se tiennent dans le cadre de cette concertation. Faut-il rappeler, cher-e-s collègues, que les citoyen-ne-s sont demandeurs de débats et d’échanges sur l’action publique et pas seulement depuis que le Président de la République a découvert les vertus du débat ! Et ne veut-on pas, à la Métropole comme à Villeurbanne, être à l’écoute, en proximité des Grands-lyonnais-e-s, des Villeurbannais-e-s ?

Sur le contenu du projet maintenant, le développement doit permettre de conserver une identité de quartier aux fonctions mixtes d’activités économiques (industrielles, mais surtout artisanales, tertiaires et commerciales), de fonction résidentielle (plus de 1000 logements sont prévus, c’est plus qu’aux Gratte-ciel où leur nombre est de 900, sur une surface plus vaste) et une fonction d’équipements/services publics. Nous partageons cette vision d’un quartier mixte, mais regrettons que la part commerciale proposée soit significativement réduite au profit de la part tertiaire, par rapport à ce qui est indiqué dans le plan guide. Il s’agit d’aménager un quartier déjà très urbanisé, et donc beaucoup plus contraint que La Soie ou Confluence par exemple, où on est parti d’une table rase. Pour autant, cela ne doit pas empêcher une vision ambitieuse en matière d’urbanisme durable, et d’éco-quartier exemplaire à tous points de vue. Aucune intention de ce type pourtant n’est mentionnée ! Rappelons que Grandclément est un des points de mesure de la pollution du trafic de la Métropole et que les seuils sont souvent dépassés. L’arrivée de milliers d’habitant-e-s et d’emplois ne doit pas aggraver le problème ; au contraire, il faut faire baisser cette pollution. Nous souhaitons que la Métropole et la Ville affirment une ambition forte d’un quartier de la transition écologique, un morceau de ville « facteur 4 » :

  • Où les bâtiments sont à énergie positive, peu émetteurs de gaz à effet de serre, avec des équipements solaires, thermiques ou photovoltaïques, grâce à une optimisation de l’ensoleillement, et notamment à partir du tout nouveau cadastre solaire de la Métropole, des bâtiments construits à partir de matériaux issus de l’économie circulaire ;
  • Mais aussi un quartier très végétalisé : certes, le grand parc de 3,1 ha est un point très positif, mais il faut aussi des corridors écologiques, des rues arborées et ombragées, au sol perméable qui laisse infiltrer les eaux de pluie pour rafraîchir la ville, des toitures ou façades végétalisées ;
  • Un quartier conçu pour favoriser l’usage des modes actifs et les transports en commun, ceux-ci étant déjà très présents et demain encore plus avec le tramway T6. D’ailleurs, les scénarios de tracé du T6 (route de Genas ou Kruger, notamment) devraient être synchrones avec la concertation sur la ZAC ;
  • La densité et la hauteur des immeubles sont aussi un point de vigilance pour en faire un quartier agréable à vivre. On pourrait imaginer que le projet comporte une part d’habitat individuel en bande, comme on sait le faire aujourd’hui de façon astucieuse, à la fois pour la consommation d’espace et pour la qualité urbaine ;
  • La vision doit aussi être patrimoniale avec le souci de conserver les éléments de bâti remarquables (et nous avons fait des propositions au PLU-H2 en ce sens) tant sur les immeubles d’habitation qu’industriels avec la reconversion des sheds en serre dans le parc, ou lieux d’activités culturelles ou économiques ;
  • Sur les équipements publics, une école et une crèche sont prévues : c’est nécessaire, nous proposons qu’elles soient localisées toutes deux à proximité du parc, un espace de respiration pour les enfants, mais c’est bien aussi que crèche et maternelle soient à proximité pour faire des passerelles entre les deux et ainsi assurer une meilleure transition des petits dans leur passage à l’école ;
  • Nous pensons aussi que le projet devrait comporter un gymnase, car la ville en manquera vu le développement envisagé, malgré les projets des Gratte-ciel et de Cusset. Enfin, la relocalisation du marché Grandclément vers la gare est un point intéressant à étudier, avec, par exemple, la proposition d’une halle couverte face à la gare.
  • Enfin, sur l’habitat, je pense que nous partageons l’objectif de mixité sociale, qui reste à affirmer dans la suite du processus. Une vision tout autre de celle d’un certain député En Marche de Villeurbanne, qui ne connaît rien au logement social et qui pourtant tient des propos outranciers sur une prétendue paupérisation de la ville alors qu’il s’agit d’être une ville solidaire et accueillante pour les plus modestes.

 

Vous l’aurez compris, ce projet nous intéresse et nous sommes prêts à y contribuer. Nous renouvelons notre souhait d’une concertation réelle et très ouverte avec les habitants du quartier, et le conseil de quartier, pour que ce soit, Monsieur le Président, une « belle rencontre », en quelque sorte !

Nous voterons favorablement cette délibération.

Je vous remercie.

 

Seul le prononcé fait foi

 

1 Projet urbain partenarial

2 Plan local d’urbanisme et de l’habitat