Conseil Métropole / Requalification du cours Vitton-Roosevelt : la ruée vers LAURE / Pierre Hémon
Partager

Conseil de la Métropole du 9 juillet 2018

Intervention de Pierre Hémon

N° 2018-2877 – Lyon 6° – Requalification des cours Vitton et Roosevelt – Approbation du programme de maîtrise d’oeuvre – Individualisation complémentaire d’autorisation de programme – Approbation d’une convention de maîtrise d’ouvrage unique (CMOU) avec la Ville de Lyon

M. le Président, cher-e-s collègues,

Les élus écologistes voteront cette délibération. Délibération qui aurait au lieu de « requalification du Cours Vitton-Roosevelt » aurait pu s’appeler « la ruée vers LAURE », vers la loi LAURE, L.A.U.R.E. comme loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie, votée en 1996 sur proposition du gouvernement de Monsieur Juppé. En effet on en a peut-être jamais autant parlé, parfois à tort et à travers, qu’à l’occasion de ce projet d’aménagement.

Rappelons donc ici que cette loi a posé les fondements des politiques de déplacement en faveur du vélo et des modes actifs en général. Elle permet ainsi de ne pas laisser les aménagements cyclables à l’unique bonne volonté des municipalités en fixant un cadre et des obligations qui s’appliquent aux aménageurs.

Rappelons encore que son objectif correspond à un des grands objectifs de notre Métropole : « respirer un air qui ne nuise pas à la santé ».

Son article le plus connu a modifié le code de l’environnement :

L228-2 : « A l’occasion des réalisations ou des rénovations des voies urbaines, à l’exception des autoroutes et voies rapides, doivent être mis au point des itinéraires cyclables pourvus d’aménagements sous forme de pistes, marquages au sol ou couloirs indépendants, en fonction des besoins et contraintes de la circulation. »

Ce préambule explique en partie pourquoi depuis mars ce projet a beaucoup évolué. Et s’il a bien évolué, c’est grâce à la concertation que vous avez su mener, Monsieur le Président ; concertation avec des associations qui ont su accepter ce projet qui reste, nous y reviendrons, un compromis.

Rappelons que si  la circulation automobile (plus de 8 000 véhicules/jour) sur cet axe est importante, parfois chaotique, les flux piétons sont très importants avec des trottoirs bien trop étroits. Quant aux cyclistes, en l’absence de tout aménagement et donc dans un environnement peu amène pour ne pas dire hostile, leur nombre atteint aujourd’hui un millier par jour.

Il était temps de sécuriser, donc. De sécuriser les déplacements piétons et cyclistes. Il était temps aussi d’apaiser la circulation, de mieux partager l’espace.

Le projet présenté ce jour – le tronçon Tête d’Or-Garibaldi – n’a de sens que compris comme le premier stade de la requalification de l’ensemble de l’axe Vitton-Roosevelt. C’est donc un compromis dans l’attente de la requalification complète de cet axe. Requalification qui devra comporter des aménagements cyclables dans les deux sens tout le long de l’axe, ce qui alors respectera complètement la Loi LAURE. En effet au vu du flux automobile, des aménagements cyclables dans les deux sens sont indispensables.

En revanche nous regrettons le maintien d’une petite vingtaine de places de stationnement qui ne servent en rien l’activité commerciale, qui réduisent l’espace qui pourrait être dédié aux piétons et cycles. Car en effet ce sont bien les piétons et les cyclistes qui pratiquent le plus les achats de proximité et fréquentent donc le plus les commerces de quartier. Les études faites sur le secteur le confirment d’ailleurs.

Mais la dynamique du projet est bonne, c’est ce qui importe à nos yeux.

Merci de votre attention.

Seul le prononcé fait foi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *