Conseil Métropole / Part-Dieu / Pierre Hémon
Partager

Conseil de la Métropole du 8 juillet 2019

Intervention de Pierre Hémon

N° 2019-3697 – Lyon 3° – Opération Lyon Part-Dieu – Participation à la remise, à titre onéreux, d’équipements publics d’infrastructure zone d’aménagement concerté (ZAC) et hors ZAC rue Servient, place de Francfort, rue Flandin, tunnel Vivier Merle et boulevard Vivier Merle – Individualisation complémentaire d’autorisation de programme

Monsieur le Président, cher-e-s collègues,

Les élu-e-s écologistes souhaitent que ce projet soit revu à l’aune du réchauffement climatique, à l’aune de l’urgence de la lutte contre le réchauffement. On devrait dans ce projet être plus ambitieux dans ce domaine.

Plusieurs exemples qui ressortent de la délibération de ce jour.

Le tunnel Vivier-Merle : qu’il soit rallongé libérant ainsi de l’espace en surface pour piétons, cyclistes et transports en commun doit s’accompagner d’un plan de végétalisation fortement renforcé de cet espace. Plus globalement c’est un plan général de végétalisation des espaces de cette ZAC qui doit être revu. Les six cents arbres annoncés sont notoirement insuffisants. C’est une demande récurrente d’associations et de comités de quartiers.

De plus il ne faut surtout pas rouvrir ce tunnel Vivier-Merle en l’état avec les trois voies voitures du boulevard. Trois voies qu’il faudrait réduire à deux, libérant de l’espace encore pour « débitumer », végétaliser, rafraîchir.

Deuxième exemple : la rue Bouchut qui va de Vivier-Merle à Garibaldi est toujours prévue à deux voies, ce qui va augmenter la circulation automobile dans ce secteur, au grand dam encore des associations et comités de quartier, et des écologistes. On pourrait là encore en réduisant à une seule voie améliorer la qualité de l’air, augmenter notablement la végétalisation de pleine terre. Mais rien ne bouge.

Troisième exemple : le parking sous la place Béraudier, qui initialement prévu pour 600 ou 700 places, est maintenant de 1084 places, projet Vinci Immobilier d’Entreprise  oblige. Dans un quartier où convergent tous les grands axes de transports en commun, ce parking était déjà trop grand avec 600 places. On pourrait utilement n’en garder que deux niveaux pour les taxis, pour un dépose-minute, pour des emplacements réservés « handicap », pour de l’autopartage.

Et on pourrait encore augmenter l’espace dédié à la vélostation. Vélostation qui de 1500 places prévues, se retrouve ramenée à 1125. En effet un tour de passe-passe en privatise 375 pour « Vinci Immobilier d’Entreprise » et son projet To-Lyon qui réussit la performance de construire un hôtel quatre étoiles de 168 chambres, une tour de bureaux de 170 mètres de haut, à faire augmenter d’un tiers la capacité du parking voitures Béraudier, et performance dans la performance, « oublie » de créer un parking vélo pour la tour de bureaux. C’est tellement plus simple de réduire d’un quart l’offre publique de la vélostation.

Performance encore que de l’apprendre par les réseaux sociaux… annonces faites par la SPL Part-Dieu et LPA, avant le moindre vote de notre assemblée, avant la moindre présentation en commission permanente, avant que nous disposions du moindre document !

Alors que l’offre de places de parking s’étoffe largement dans le quartier, grâce à diverses applications qui simplifient la location de places non occupées dans des parcs privés de bailleurs sociaux ou autres, alors qu’on pourrait par conséquent faire l’économie de l’essentiel de ce parking souterrain, le choix est fait de l’augmenter. La voiture reine a encore de beaux jours devant elle !

Et je crois que c’est et sera dans les mois à venir un vrai enjeu dans cet arrondissement et plus largement.

Voilà donc trois exemples qui fondent notre refus de voter cette délibération en l’état. Les élu-e-s écologistes s’abstiendront.

Je vous remercie.

 

Seul le prononcé fait foi