Conseil Métropole / Egalité femmes-hommes : des progrès… mais il y a encore du travail ! / Bertrand Artigny
Partager

Conseil de la Métropole du 15 décembre 2017

Intervention de Bertrand Artigny

 

N° 2017- 2444 Rapport annuel sur la situation en matière d’égalité entre les femmes et les hommes – Année 2017

 

Monsieur le Président, chères et chers collègues,

J’interviendrai au nom des groupes Lyon Métropole Gauche Solidaire et Europe Écologie – Les  Verts.

Nos deux groupes tiennent à saluer la qualité de ce rapport 2017 qui marque une réelle progression par rapport à celui de l’année dernière. Enfin, nous avançons vers une plus juste reconnaissance des femmes et nous nous engageons en faveur de la lutte contre toutes formes de sexisme.

Je voudrais toutefois revenir sur quelques points sur lesquels nous devons rester vigilants.

Tout d’abord, comment peut-on arriver à un écart de rémunération de 10 à 13% alors que les critères de recrutement sont identiques ? Gageons qu’il s’agit là d’une tendance à la baisse et que les rattrapages  liés aux formations, aux promotions internes et aux changements de qualification viendront corriger cet état de fait. À ce titre, le recours massif au temps partiel chez les femmes n’est pas sans conséquence : il influe fortement sur les déroulements de carrières, sur les retraites et sur les régimes indemnitaires.

Un vrai chantier demeure donc sur la question de la rémunération globale et il pourrait être utile d’avoir une situation comparée plus précise qui tienne compte de l’ancienneté, de l’âge… et ce, sur une base de temps de travail homogène.

 

En second lieu, nous ne pouvons pas nous satisfaire d’avoir des emplois genrés. Bien entendu, nous savons tous et toutes que sociologiquement les stéréotypes ont fait des filières administratives et médico-sociales, des emplois principalement occupés par des femmes, alors que les filières techniques se sont trouvées majoritairement occupées par des hommes. Mais si nous en sommes là, c’est parce qu’il y a eu un retard de volonté politique pour changer les mentalités. C’est donc de volonté politique dont nous avons besoin pour inverser ces tendances.

Sur la question de la santé au travail, nous constatons que les femmes sont davantage victimes d’accidents de trajet, de troubles musculo-squelettiques et plus exposées aux risques psycho-sociaux que les hommes. Nous ne croyons pas qu’il s’agisse là d’une fatalité.

En matière de politiques publiques, nous saluons le travail réalisé par les Directions. Je n’aurai pas le temps de tout citer, mais retenons les actions en faveur de la découverte des métiers de la petite enfance aux garçons, le retour à l’emploi des femmes, la lutte contre les emplois précaires majoritairement féminins… Là où la Métropole devrait aussi agir avec force, c’est dans le combat contre les discriminations qui s’instaurent aujourd’hui dès le plus jeune âge, dans les écoles, les collèges et les lycées.

 

Deux remarques pour conclure :

Puisque nous sommes sur un dossier qui traite d’égalité femmes-hommes, nous apprécierions que pour les années à venir ce rapport féminise les emplois et nombre de termes et intègre l’écriture inclusive pour que le masculin ne l’emporte plus sur le féminin, et que les deux sexes soient mis sur un pied d’égalité.

Et enfin, Monsieur Le Président, quand aurons-nous un.e élu.e de la Métropole qui soit en charge d’impulser et de coordonner nos actions ? Est-il acceptable que cette question fondamentale ne soit traitée que par les services alors que nous avons des élu.es pour toutes les missions régaliennes de la Métropole ? Nos élu.es sont à ce titre sous-représenté.es au sein du Pôle Social et il y aurait place pour ce poste supplémentaire.

 

Nous voterons bien évidemment ce rapport en net progrès, mais nous savons qu’il nous reste un gros travail à réaliser.

Merci pour votre attention.

 

Seul le prononcé fait foi