Conseil Métropole / CPER : du bon… et du moins bon / Bertrand Artigny
Partager

Conseil de la Métropole du 17 septembre 2018

Intervention de Bertrand Artigny

N° 2018-3043 – Contrat métropolitain 2016-2020 – Déclinaison du 6ème contrat de plan Etat-Région (CPER) – Avenant n°1

M. le Président, cher-e-s collègues,

Par cette délibération, il nous est demandé d’approuver l’avenant n°1 du 6ème CPER 2016-2020 et la liste des projets retenus précisant les engagements financiers de la Métropole, de la Région Auvergne-Rhône Alpes et de l’Etat.

En premier lieu, nous nous félicitons qu’un accord ait pu être obtenu tant il nous semblait que les discussions notamment avec la Région étaient bloquées davantage pour des considérations politiciennes que pour le bien-être des populations.

A cet égard, nous sommes convaincu-e-s que le développement économique et social de notre territoire ne peut se faire sans une coordination efficace de l’Etat et des autres collectivités pour pouvoir répondre avec pertinence aux enjeux de mobilités, de formations et de développement durable. Et cet avenant confirme le poids et le rôle important qu’a la Métropole de Lyon dans la structuration de cette dynamique territoriale.

A ce titre, nous nous félicitons du maintien et des évolutions positives des budgets alloués au développement du transport par rail, notamment le nœud ferroviaire lyonnais et les nouvelles opérations de régénération des petites lignes. Nous soulignons la participation de la Métropole aux études de la ligne Lozanne – St-Paul, car cette troisième branche de l’ouest lyonnais est en attente depuis de nombreuses années.

Toujours au titre des mobilités, si nous apprécions le développement des pôles d’échanges multimodaux et le concours des Voies Navigables de France, nous regrettons que la Région ait souhaité se désengager sur l’intermodalité vélos-trains dont nous pensons qu’elle correspond à de vrais besoins et qu’elle contribue à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Mais le volet routier de ce CPER ne nous convient pas. Nous avons relevé dans le texte de l’avenant annexé à cette délibération que la Métropole va financer des études sur l’Anneau des Sciences à hauteur de 13.5 M€. Comme vous le savez, les élu-e-s EELV considèrent toujours que ce projet ne nous permettra pas d’atteindre nos objectifs de limitation des polluants atmosphériques et qu’il n’apporte aucune réponse aux questions et enjeux de santé soulevés en particulier cet été par les épisodes de pollution que notre agglomération a connu.

En outre, nous sommes convaincu-e-s que ce projet d’axe routier est l’émanation d’un type d’économie dont il faut repenser la globalité, notamment sur la question des transports de biens. Si nous continuons dans cette direction, il ne sera pas possible d’opérer la transition écologique de notre économie, ni de notre territoire.

En revanche, concernant les opérations retenues dans la rubrique « défi environnemental et solidaire », nous nous félicitons du maintien des engagements de la Métropole pour le développement de l’activité agricole et la rénovation énergétique du logement social. Mais nous regrettons le recul de la Région pour notre collectivité sur ces deux politiques, pourtant essentielles pour la transition écologique.

En conclusion, cet avenant n°1 renvoie à plusieurs orientations et projets que notre groupe entend défendre et y contribuer en raison de leurs impacts sur le développement de notre territoire, mais nous ne pouvons valider une liste qui comprend une dépense importante pour des études de l’Anneau des Sciences.

Aussi, nous nous abstiendrons sur cette délibération.

Merci de votre attention.

 Seul le prononcé fait foi