Conseil Métropole / ATMO / Pierre Hémon
Partager

Conseil de la Métropole du 8 juillet 2019

Intervention de Pierre Hémon

N° 2019-3681 – Association ATMO Auvergne-Rhône-Alpes (AURA) – Attribution d’une subvention pour son programme d’actions 2019

Une Ozone à Forte Émission

Monsieur le Président, cher-e-s collègues,

Cette délibération qui rappelle les missions et axes prioritaires de ATMO AURA est l’occasion de revenir sur le récent épisode de canicule doublé d’une forte pollution à l’ozone, ce qui a fait dire à certains sur les réseaux sociaux que notre Métropole était une Ozone à Forte Émission.

Je reviendrai plus précisément sur la mise en place de la ZFE. Zone à Faible Émission qui, comme personne ne l’a remarqué, est effective, dans sa phase pédagogique, depuis le 1er  janvier de cette année.

Comme je ne suis pas certain que les intervenants suivants pensent tous à le faire, je veux souligner, Monsieur le Président, votre réactivité puisque vous avez rapidement demandé le déclenchement de la circulation différenciée.

Nous aurons besoin de bilans précis et détaillés sur cet épisode. Car les périodes de canicules vont se multiplier, accompagnées de pollution à l’ozone, entre autres. Il est important de connaître les résultats réels de la mise en œuvre de la circulation différenciée, de ses effets sur la baisse des émissions d’oxydes d’azote, de CO2, de particules fines, de concentration en ozone, etc.

Combien, parmi les véhicules circulant dans notre Métropole, disposent de la vignette Crit’Air ? Combien de contrôles ont été effectués pour quels résultats ? Quelle baisse réelle de la circulation ?

Quelles stratégies ont adopté les automobilistes ? Covoiturage, transport en commun, télétravail ? Il est important d’avoir ces retours pour adapter notre stratégie.

Concernant la mise en place de la ZFE qui date maintenant de plus de six mois, nous souhaitons, Monsieur le Président, qu’un premier bilan soit fait de cette phase pédagogique.

Quelles actions pédagogiques ont été menées ? Pour quels résultats ? Qu’en est-il des recherches sur les particules ultrafines, sujet sur lequel ATMO AURA nous alerte à juste titre ?

Quid de la promotion réelle des certificats Crit’Air ? Qui en a fait la promotion, dans quel cadre ?

Nous sommes curieux, par exemple, de savoir combien de magazines municipaux ont consacré une page, ou ne serait-ce qu’une demi-page pour expliquer les enjeux de la pollution, pour inciter nos concitoyen-ne-s à se saisir de cette vignette. Combien d’articles aussi dans le « MET » bien sûr. C’est je pense un bon indicateur de notre mobilisation commune.

D’autres indicateurs de notre volonté partagée de réussir existent. L’état du parc de véhicules de nos communes, des organismes dans lesquels nous siégeons, que nous présidons parfois (bailleurs sociaux, CCAS1, etc.). Cherchons-nous à être exemplaires, ou à l’instar de la ville de Lyon, allons-nous demander des dérogations?

Car si tout le monde demande des dérogations, la mise en œuvre effective de la ZFE n’aura pas lieu au 1er janvier 2020 mais 18 mois plus tard !

Combien de professionnels ont demandé ces dérogations ou s’apprêtent à le faire, combien ont demandé et combien se sont renseignés sur la prime à la conversion ?

Tout ceci nécessite à notre avis une commission générale après l’été pour faire un bilan d’étape du Plan Oxygène et plus particulièrement de la mise en place de la ZFE.

Cela nécessite encore une enquête « quali » auprès de nos concitoyen-ne-s. Cela nécessite une vraie campagne de communication.

Nous avons été la Métropole la plus touchée sans doute par la canicule, par la pollution à l’ozone qui a la particularité, regardez les cartes, de s’étendre bien au-delà du cœur de notre collectivité. Or nous sommes loin d’être la Métropole la plus active dans la lutte contre la pollution.

Pour rappel, Paris vient ce 1er juillet d’étendre les restrictions de circulations à tous les véhicules, dont les véhicules personnels, portant la vignette Crit’Air 4. Pour rappel encore, la Métropole du Grand Paris (131 communes) est en passe d’interdire les Crit’Air 5 sur son territoire !

Et qu’on arrête de nous dire qu’ainsi on pénaliserait les ménages les plus précaires. Parce que les ménages les plus précaires, parce que 20% des ménages les plus pauvres n’ont pas de voiture ! En revanche ce sont bien les familles les plus précaires qui subissent le plus les effets de la pollution.

En conclusion nous vous rappelons les propositions faites par les écologistes :

  • La mise en œuvre effective au 1er septembre de la Zone à Faible Émission ;
  • L’élargissement des restrictions aux véhicules personnels détenteurs d’une vignette Crit’Air 5. Cela ne toucherait pas plus de 10% des véhicules personnels entrant ou sortant du périmètre de la ZFE. Mais ce serait un premier pas significatif d’une volonté d’avancer en ce domaine.

Enfin, nous souhaitons qu’un budget pour une vraie campagne de communication et de mobilisation soit dédiée à la lutte contre la pollution atmosphérique. Si on est bien arrivé à trouver 12 millions pour diverses études sur l’Anneau des Sciences, on doit pouvoir trouver un million pour mieux protéger la santé des Grand-lyonnais-e-s !

Je vous remercie.

 

Seul le prononcé fait foi

 

1 Centre communal d’action sociale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *