Commission générale de la Métropole / Nœud ferroviaire lyonnais / Pierre Hémon

Commission générale du 18 mars 2019

Intervention de Pierre Hémon

NFL : pour un réseau METROpoliTRAIN

Monsieur le Président, cher-e-s collègues,

La question du ferroviaire doit être étudiée au regard du réchauffement climatique. De ce fait, son renforcement est plus que nécessaire. Je prendrai un exemple pour notre Métropole : soit on continue à soutenir l’extension sans limite de l’aéroport Saint-Exupéry, soit on affirme qu’il faut taxer le kérosène en France déjà et affirmer qu’aucun trajet de moins de 1000 km ne doit se faire en avion.  Et dans ce cas on comprend combien le ferroviaire reprend tout son sens.

J’insisterai maintenant sur un point essentiel concernant les déplacements du quotidien sur notre territoire. Il est temps, plus que temps que Sytral et SNCF arrêtent de se regarder en chiens de faïence. La concurrence n’a pas lieu d’être, pas plus que l’ignorance réciproque. La coopération renforcée, si !

Pour favoriser, développer, amplifier, cette coopération est indispensable – indispensable pour le bien circuler de nos concitoyen-ne-s – indispensable pour continuer à réduire la part des déplacements en véhicules à moteurs thermiques – indispensable pour décupler nos efforts pour réduire les nuisances sonores et atmosphériques.

Cette coopération nécessite une convergence tarifaire et bien plus une intégration tarifaire. Avec un même ticket, un même abonnement TCL, nos concitoyen-ne-s doivent pouvoir prendre aussi bien nos bus, trams, trolleys, métros que nos trains, nos TER etc. sur le périmètre couvert par le Sytral. Cela veut dire négocier une convention avec la SNCF pour compenser leur manque à gagner. Les Métropoles de Lille, Nantes, Strasbourg l’ont fait, parfois depuis des années. Nous pourrions essayer de nous hisser à leur niveau en la matière.

La loi d’orientation des mobilités devrait consolider cette possibilité en son article L. 2121-3-1, je cite « – Les métropoles et la métropole de Lyon, en tant qu’autorités organisatrices de la mobilité au sens de l’article L. 1231-1, peuvent contribuer au financement d’un service ferroviaire régional de voyageurs ou d’un service en gare situés dans leur ressort territorial afin de répondre à un besoin qui leur est spécifique ou d’assurer un surcroît de desserte. À cette fin, elles peuvent conclure une convention avec la région ».

C’est on ne peut plus clair et peut-être serait-il plus utile d’inciter nos parlementaires à défendre cet article plutôt que des projets d’un autre siècle.

Nous aurions ainsi un réseau moderne que nous pourrions baptiser METROpoliTRAIN !

Merci de votre attention.

 

Seul le prononcé fait foi