Biogaz : au coeur de l’économie circulaire /// Conseil Métropole Lyon 02.05.2016 /// Béatrice Vessiller

INTERVENTION DE BÉATRICE VESSILLER

La station de la Feyssine comporte, depuis sa conception, un digesteur pour méthaniser les boues dépuration, et je me permets de rappeler que les élu-e-s écologistes avaient, en leur temps (années 2005-2007) et dans le cadre du plan climat, poussé pour que la nouvelle STEP soit équipée d’une telle installation. L’objectif initial était que le biogaz produit permette de sécher les boues d’épuration.
Aujourd’hui, grâce à des avancées réglementaires qui autorisent l’injection de biogaz dans le réseau de gaz naturel, et car la production de biogaz à la Feyssine est importante, vous nous proposez 2M€ de  travaux pour traiter les impuretés, contrôle le biogaz et le réinjecter dans le réseau de GRDF, à hauteur de 6gWh/an (soit l’équivalent de 450 foyers chauffés au gaz). Deux ans de travaux sont encore nécessaires à la Feyssine avant l’injection du biométhane dans le réseau. Si ce délai peut être raccourci, nous nous en réjouirons un peu plus.

Le biogaz ainsi produit sera vendu à un prix plus intéressant que celui auquel la métropole achètera le gaz pour sécher ses boues, et l’investissement, qui sera aidé par l’Agence de l’eau, et peut-être l’Europe, sera rentabilisé en 4 à 5 ans. L’intérêt économique est évident, et ce projet constitue un exemple concret de la  transition énergétique: notre collectivité s’y retrouve rapidement sur le plan financier, et dans le contexte du chantier des marges de manœuvre, un investissement avec un temps de retour aussi court doit nous conduire à d’autres projets de ce type; de plus, nous augmentons  la part des énergies renouvelables du territoire, qui est  un objectif à la fois de notre plan  climat et de la loi de 2015 sur la TECV (transition énergétique et croissance verte), et enfin, nous sommes dans l’économie circulaire: des déchets locaux constituent une nouvelle ressource utilisée localement: que du plus, à généraliser dans nos autres stations!

C’est pour quoi, Monsieur le président, nous vous demandons d’engager d’ores et déjà, la même démarche sur les 2 autres stations de Pierre Bénite et de Saint-Fons, où les volumes d’eaux traités sont bien plus importants, et de ce fait, où le potentiel de production de biométhane est encore supérieur.

Vous l’aurez compris, nous voterons cette délibération avec grande satisfaction, en attendant au plus vite celles de Saint-Fons ou Pierre Bénite.

2016-1175 Villeurbanne – Station d’épuration de la Feyssine – Valorisation du biogaz – Individualisation totale d’autorisation de programme –