Pour que la taxe d’enlèvement des ordures ménagères finance la fin de la société du déchet
Partager

Suite à la décision du Tribunal Administratif concernant la TEOM, EELV souhaite une remise à plat de la fiscalité sur les déchets pour préparer la transition écologique. Réduction drastique du volume des déchets et réparation préfigurent l’ensemble des solutions de l’économie circulaire.

La taxe d’enlèvement des ordures ménagères doit financer un service pour les habitant-e-s.

Il est inconcevable que ces fonds publics prélevés en surplus ne servent pas à plus de réparation, plus de partage de biens et de services, plus de compostage, plus et mieux de tri des déchets participant ainsi à une économie circulaire territoriale. La transition vers une gestion métropolitaine responsable des déchets passe par un financement qui incite à la réduction du volume des déchets.

Les écologistes portent un projet de paquet fiscal national et local en faveur de l’économie circulaire territoriale.

Il n’est plus question d’un modèle unique, souvent industriel, de traitement des déchets.
En effet, il est essentiel de changer de posture dans le  » traitement » de la collecte des déchets ! Face aux enjeux de raréfaction des matières premières tout autant que face au besoin d’emplois locaux : l’économie circulaire apporte des solutions à toute la société : famille, association, entreprise, collectivité…

Grâce à une fiscalité dédiée la puissance publique doit accélérer et soutenir cette économie qui fait des déchets des ressources. 

La Métropole de Lyon doit affecter une part de la TEOM aux solutions locales de l’économie circulaire.

EELV 69
Le 11 octobre 2017

Une réflexion au sujet de “Pour que la taxe d’enlèvement des ordures ménagères finance la fin de la société du déchet

  1. La TEOM est tellement opaque pour les citoyens! nous la payons via nos impots locaux et après: quelle somme est récoltée? comment est elle affectée? que coute la collecte, le traitement, que rapporte la revente de chaleur…? donc oui pour en faire une fiscalité dédiée à l’économie circulaire mais il faudrait avant plus de clarté sur les flux financiers générés.

Les commentaires sont fermés.