« Make our Métropole even greener ! Make our Métropole even more democratic ! »
Partager

Intervention de Pierre Hémon au Conseil de la Métropole du 10 juillet 2017

C’est avec plaisir qu’au nom du groupe des élu-e-s écologistes, je vous adresse toutes nos félicitations Monsieur le Président et j’ajouterai une adresse du groupe :

« Make our Métropole even greener ! Make our Métropole even more democratic ! »

Il nous reste trois ans pour que la Métropole se place dans le peloton de tête des villes européennes engagées dans la transition écologique. Car il n’y a pas d’avenir sans transition écologique. Il faut donc monsieur le président un portage politique fort. En effet comme le dit très justement  le ministre d’État, ministre de la Transition écologique : « le Développement durable c’est un enjeu environnemental, mais aussi un combat de société ».

Et pour  participer à ce « combat de société », pour construire une Métropole de plus en plus verte, de plus en plus inclusive, qui s’engage pour limiter le réchauffement climatique, pour en réduire les conséquences, vous pouvez compter sur les élu-e-s écologistes.

Le même ministre, Monsieur Nicolas Hulot, mentionnait dans son propos les « précaires énergétiques » et les « précaires de la mobilité » qui sont souvent les mêmes. Précaires énergétiques qui vivent dans des logements qui sont des passoires énergétiques. Le travail et les investissements réalisés par la Métropole dans le domaine de la réhabilitation thermique des logements, donnent des résultats encourageants, mais il reste bien des obstacles à lever, bien des mouvements à intensifier et bien des emplois utiles à créer.

Précaires de la mobilité, contraints  de se déplacer en voiture parfois, parce que le réseau de transport ne répond pas toujours à leurs besoins, parce que leur précarité professionnelle leur interdit des trajets domicile-travail fixes et réguliers. Si nous avons un des meilleurs réseaux de transports en commun, un des plus performants, il reste des marges de progression  pour en faire un service plus inclusif, qui réponde mieux aux besoins d’intermodalité, de multimodalité. Nous avons besoin d’un réseau de transport qui intègre dans sa toile des modes de déplacements autres, nouveaux  parfois, comme le vélo à assistance électrique dont l’usage explose aux côtés du vélo à assistance musculaire, comme le covoiturage dynamique, l’autopartage,  etc. Tous ces modes permettent aussi de réduire l’usage unipersonnel de la voiture. Au-delà l’usage partagé de la voiture permettra d’en faire un mode de transport collectif qui devrait s’intégrer au service public. Beaucoup de nouvelles applications le permettent, nous devons continuer à être proactifs dans ce domaine. Et nous nous passerons ainsi d’autant mieux de l’Anneau des Sciences et bien sûr de l’A45.

Monsieur le président,  vous êtes attentifs aux mouvements de notre société, à la demande citoyenne d’une meilleure qualité de vie, qui participe de la transition écologique ; demande qui se propose d’être partie prenante active de cette amélioration. La réduction des gaspillages est un exemple.  Réduire la part des déchets dans l’ensemble de nos activités, réparer au lieu de jeter, donner réutiliser, voilà des actions vertueuses qu’il nous faut accompagner plus avant. Mais que ce soient les  jardins partagés, les composteurs en pieds d’immeubles, la demande est bien supérieure à ce qui avait été envisagé ! C’est tant mieux, mais alors adaptons nos plans, adaptons nous à ce succès. L’enjeu global est d’importance pour notre institution est grand, puisque nous pourrions économiser à terme la reconstruction d’un incinérateur.

La demande pour une alimentation de proximité et de qualité est aussi très prégnante. Notre engagement pour une alimentation de qualité  se pose pour nos collégiens, comme pour nos aînés les plus fragiles, comme pour l’ensemble de nos concitoyens. Nous sommes bien engagés dans le soutien à une agriculture de proximité, nous sommes engagés pour favoriser la transition vers une agriculture bio et soutenir ceux qui choisissent cette voie ainsi de la préservation de la qualité des terres et de la préservation de la santé de tous. Nous souhaitons que cet axe, tellement nécessaire, soit renforcé encore.

Concernant la santé toujours, le constat de la qualité de l’air de notre agglomération, nous a conduit il y a un an déjà à voter un plan Oxygène. Nous devions mettre en place un fonds air-bois, mettre en œuvre une Zone à Faible Émission et tout un plan d’actions. Force est de constater que nous faisons du sur place sur le sujet, au contraire de Paris, Grenoble, Strasbourg. Ce sur place, ce retard se paye en maladie respiratoires chroniques, en perte d’année de vie en bonne santé, principalement pour les plus précaires et fragiles d’entre nous. Il est réellement urgent d’agir. Votre annonce à l’instant est encourageante. Merci.

Une Métropole toujours plus démocratique disais-je en introduction. Notre groupe tient pour acquis l’élection au scrutin de liste des conseillers métropolitains en 2020. Une Femme Un Homme, une voix est un principe constitutionnel auquel nous ne voulons pas déroger.

Nos concitoyens ont besoin d’une démocratie augmentée, qui permette de répondre au défi humain que représentent les inégalités sociales. Car nous ne pouvons nous satisfaire que dans certains secteurs du territoire 30 à 40% des ménages vivent avec un « bas revenu » contre 20% pour l’ensemble de la Métropole. Discutons de la pertinence des circonscriptions électorales  métropolitaines,  du rôle de la conférence métropolitaine des maires, des conférences territoriales, d’une meilleure participation des citoyens aux décisions qui les concernent. Améliorons l’information, renforçons la concertation, pour que tous ensemble nous construisions une métropole encore plus verte, encore plus inclusive, encore plus démocratique, encore plus humaine donc.

Intervention de Pierre Hémon, Président du groupe des élu-e-s EELV de la Métropole de Lyon, au conseil de la Métropole de Lyon du 10 juillet 2017

 

N° 2017-1972 Élection du Président de la Métropole de Lyon