La République En Marche… Arrière toute ! Avec la réforme du Code du Travail
Partager

Communiqué des candidats EELV – 12e circonscription du Rhône

À peine élu, le nouveau Président de la République, annonce que son premier chantier sera de s’attaquer à la réforme du Code du Travail, par ordonnances.

Il reviendra au seul Gouvernement de proposer les textes de lois. Le Parlement sera réduit à un rôle de chambre d’enregistrement, sans pouvoir discuter ni même les modifier.

Pour Hélène DROMAIN, candidate EELV de la 12e circonscription du Rhône : « cette décision du Président, si elle est confirmée, de ne pas garantir la séparation des pouvoirs exécutifs et législatifs est un très mauvais signal pour le renouveau démocratique pourtant annoncé haut et fort. Pourquoi empêcher nos futurs députés d’assumer les responsabilités politiques pour lesquelles ils auront été élus ? Nous avons besoin de reconstruire une relation de confiance entre et avec nos élus, pas de les court-circuiter sous peine qu’ils ne soient pas d’accord avec les orientations choisies par un seul homme, même le Président ! »

Par ailleurs, le contenu de cette réforme est en partie déjà connue, puisqu’il s’agira de remettre sur le tapis le projet de Loi dit Macron 2, retoquée par l’ancien exécutif fin 2015 car jugée alors trop libérale.

Pour Benjamin GIRON, candidat remplaçant d’EELV de la 12e circonscription : « C’est la fin annoncée des conventions collectives du travail, puisque les salaires comme le temps de travail seront négociés par les accords d’entreprises et non plus nationalement selon les branches professionnelles par les syndicats. C’est une erreur. Ce dont notre pays a besoin, ça n’est pas de libérer encore plus les forces économiques au détriment de l’environnement et des conditions de vie des salariés, mais de transformer de notre modèle économique pour relever le défi de la transition écologique et atteindre l’autonomie énergétique grâce aux renouvelables en 2050 ».

Et Hélène DROMAIN de conclure :

« Notre seul véritable urgence doit être la lutte contre le réchauffement climatique, qui passe par la transition énergétique. Pour rappel, chaque année nous importons entre 30 et 70 milliards d’euros d’énergie fossiles et fissiles. À ce coût financier il faut ajouter les coûts environnemental et social, inchiffrables.  Il y a urgence à agir. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *