Forum Biovision : quelle place pour les citoyens? // Emeline Baume // Conseil Métropole Lyon 06.03.2017
Partager

Forum Biovision : quelle place pour les citoyens?

Conseil de la Métropole de Lyon du 6 mars 2017 // Explication de vote de Émeline Baume

Dans le rapport qui nous est soumis ce jour concernant l’édition 2017 de Biovision, vous constaterez que ce sont : soit des journalistes qui représenteront la société civile, soit des universitaires à ce jour non identifiés comme personnalités engagées auprès d’ONG.

Vu les enjeux autour de la santé, la préservation du vivant, des ressources et libertés fondamentales et face aux bouleversements et déséquilibres mondiaux ce temps fort doit favoriser le débat contradictoire et l’échange entre différentes parties prenantes.

Il ne nous semble pas que ce soit le cas.

Toutefois parce que l’Université de Lyon a très correctement mis en œuvre des démarches dites « sciences et société » au travers de sa boutique des sciences et sa plateforme éthique de la recherche et responsabilité sociale, nous interpellons ce jour le président de la FUL afin qu’il s’en inspire et nous nous abstenons sur ce dossier.

2017-1764 Attribution d’une subvention à la Fondation pour l’Université de Lyon – Organisation du forum mondial des sciences de la vie – Biovision – Edition 2017 –

Une réflexion au sujet de “Forum Biovision : quelle place pour les citoyens? // Emeline Baume // Conseil Métropole Lyon 06.03.2017

  1. Merci Emeline, nous sommes un certain nombre d’universitaires et de non universitaires à avoir lancé une initiative « COEXISCIENCE » (Co-Opérer et EXpérImenter autrement la SCIENCE) et nous cherchons à articuler notre action avec la Fondation Université de Lyon. La Fondation est dans une posture difficile puisqu’elle a des injonctions contradictoires : trouver des financements (privés) pour l’université, ce qui impose de « fermer » la science pour la réserver à des usages économiques ciblés et d’autre part ouvrir son activité à la société civile ce qui implique de ne pas restreindre l’information et la gouvernance des processus scientifiques. Les « Biosciences » sont potentiellement porteuses d’une valeur ajoutée rapide d’un point de vue économique, du coup fermeture… mais elles sont aussi porteuses d’une nécessaire transparence pour les effets sociétaux. Nous cherchons à persuader nos interlocuteurs que la « fermeture » (enclosure des connaissances scientifiques) est aussi une aberration économique, mais pour que ce soit entendu, il faudrait que les ressources de l’université ne dépendent pas d’une « mise en économie » très précoce de la connaissance et pas uniquement de son usage. La valeur marchande semble immédiate mais pourtant empêche de se développer une valeur d’usage qui pourrait déployer des effets économiques bien plus grands (l’histoire de la poule aux oeufs d’or en quelque sorte)….
    Bref, merci de ce message à la FUL

Les commentaires sont fermés.