Déclassement de l’autoroute : le projet d’EELV (enfin) défendu par Gérard Collomb !
Partager

Lors du débat public de l’Anneau des Sciences en 2012-2013, avec des habitants et associations, Europe Écologie Les Verts du Rhône a proposé le déclassement de l’autoroute A6/A7 et sa transformation en boulevard urbain, sans conditionner ce projet à celui de l’Anneau des Sciences, grand projet inutile et coûteux, qui, en plus, aggraverait la pollution.

EÉLV se réjouit que le Président de la Métropole reconnaisse enfin la qualité de cette alternative, en proposant dorénavant  une voie urbaine plus « douce » qu’une autoroute entre Pierre Bénite/La Mulatière et Ecully, en plein cœur de l’agglomération. Pour EÉLV, il est non seulement souhaitable, mais tout à fait possible, de réaménager cette autoroute, avec moins de voies pour les voitures, un abaissement des vitesses, des voies réservées aux bus, des aménagements cyclables et des carrefours à feux au lieu des échangeurs.

La ville pourrait ainsi renouer avec son fleuve au sud de Perrache, en permettant aux piétons et cyclistes de traverser cette nouvelle voie pour aller sur les berges.

Dans le même temps, il est important de développer le réseau des transports en commun, pour offrir des alternatives aux déplacements automobiles et réduire globalement le trafic sans le reporter ailleurs. D’autres villes dans le monde ont déclassé des autoroutes urbaines (Vancouver, New-York…) et dans l’agglomération lyonnaise, la suppression de l’autopont de Mermoz et la transformation urbaine de l’arrivée de l’A43 dans Bron/Lyon8ème a permis une grande amélioration de la qualité de vie des habitants.

Pour les riverains de l’axe A6/A7, le déclassement de l’autoroute A6/A7 réduira largement les nuisances sonores, la congestion et la pollution, cohérent avec les objectifs du Plan de Protection de l’Atmosphère de l’Agglomération lyonnaise, socle de la révision du PLU-H et du PDU.

Dans le contexte post COP 21, il est sage de s’engager enfin dans cette logique vertueuse.

Mais pour EELV, il faut aller jusqu’à l’abandon de l’Anneau des Sciences, d’autant que la Métropole de Lyon n’a pas les moyens financiers de ce projet inutile à 3 milliards d’euros !

  • Raymonde Poncet – Secrétaire d’EELV Rhône et Métropole de Lyon
  • Béatrice Vessiller – Vice-Présidente à la Métropole de Lyon
  • Jean-Charles Kohlhaas – Conseiller régional