Créons des territoires refuge dans nos communes
Partager

Lundi 14 septembre 2015 – Communiqué de presse

EELV a participé au rassemblement du samedi 11 à Bellecour pour témoigner de sa totale solidarité envers tous les réfugiés.

Depuis décembre 2011, les écologistes demandaient au parlement européen la création de couloirs humanitaires et condamnaient l’inaction internationale face aux crimes de Bachar el-Assad.

Enfin, l’Europe agit, et nous réaffirmons que l’Europe doit accueillir tous les réfugiés parce qu’elle a un devoir d’humanité et parce qu’elle le peut. Nous saluons l’exemplaire solidarité du peuple allemand et de son gouvernement qui, le premier week-end, ont accueilli ce que propose la France en deux ans.

En accueillant enfin mais seulement quelques milliers de réfugiés pendant que la Turquie, la Jordanie, et le Liban dépassent les 4 millions de personnes accueillies, la France ne répond pas à la hauteur des enjeux et de ses moyens. Osons dire qu’elle ne répond pas non plus à la hauteur de son histoire car les réfugiés qui fuient en privilégiant d’autres destinations européennes nous rappellent cruellement que « Pays des Droits de l’Homme » cela n’est pas un héritage définitif et que cela doit prendre sens dans les politiques du présent pour que notre devise : Liberté Égalité Fraternité réincarne une promesse d’espoir.

Ce constat de la dégradation de l’attractivité de la France comme terre d’accueil nous blesse comme nous blesse la condamnation le 10 septembre du haut-commissaire de l’ONU chargé des droits de l’homme – des Droits de l’homme justement – pour la politique française systématique d’expulsions des Roms  suite à la dernière évacuation d’un des plus vieux bidonville. Le haut-commissaire appelle les autorités françaises à « remplacer cette politique punitive et destructrice par une politique véritablement inclusive ».

Il est en effet immoral et dangereux d’opérer des tris entre réfugiés, catégorisés en fonction de leur religion ou de leur origine : ceux d’Irak et de Syrie, chichement accueillis, pendant que d’autres populations réfugiées comme les Roms continuent de subir racisme, discriminations, violences dans plusieurs pays d’Europe notamment ceux qui, aujourd’hui, refusent de prendre leur part dans l’accueil des réfugiés. La France doit traiter avec les mêmes droits tous les réfugiés. Il n’y a pas que le tri selon la confession qui est un poison et une faute politique.

Enfin, protéger quels réfugiés ? Quel statut pour les réfugiés climatiques ? Derrière chaque réfugié il y a une raison et une question de survie, c’est pourquoi tous les murs sont vains.

La mobilisation associative et citoyenne aujourd’hui associée à la réponse aux besoins urgents d’accueil doit exiger des responsables politiques le courage de rouvrir le débat sur les politiques de migration aujourd’hui enfermées dans des approches répressives et sécuritaires. Pour l’heure, les élus EELV proposent de retrouver dignité et humanité en faisant de chacune de nos communes, chacune de nos collectivités, des «Territoires refuge ».

Raymonde Poncet – secrétaire EELV69