Conseil Métropole / Territoire d’innovation de grande ambition / Emeline Baume
Partager

Conseil de la Métropole du 16 mars 2018

Intervention d’Emeline Baume

N° 2018-2616 –  Programme d’investissements d’avenir Territoire d’innovation de grande ambition – Candidature à l’appel à projets et perception du financement de la Caisse des dépôts et consignations

 

M. le Président, cher-e-s collègues,

 

Les travaux  et réflexions sur l’économie de proximité sont de plus en plus partagés. Pour rappel, il est question, de la captation et de la circulation des richesses sur le territoire pour répondre aux besoins des habitant-e-s du territoire. La valeur captée créant ainsi la richesse peut tout autant être un savoir-faire (donc immatérielle) que le soleil, l’eau ou les sols (matériel). Dans un territoire densément peuplé accueillant beaucoup de touristes, on pourrait penser que peu de place est faite aux activités de production et transformation. Ce n’est pas le cas.

L’économie de proximité propose de regarder et d’analyser :

  • les flux organisés et pas seulement les stocks stricts de création d’emplois par exemple ou encore de gains stricts pour tel ou tel projet entrepreneurial ;
  • les fondements et les bases de notre économie locale résidentielle et productive.

Ce regard sur les flux créés par des dynamiques entrepreneuriales amène à donner de la valeur à la coopération (valeur importante pour les écologistes) qu’on pourrait qualifier de productive et d’inclusive, par exemple :

  • la coopération entre chercheurs et entrepreneurs ;
  • la coopération entre porteur d’idées innovantes techniques mais aussi organisationnelles, qu’on retrouve derrière le vocable « les makers » ;
  • la coopération entre habitant-e-s / résidant-e-s et acteurs économiques et institutionnels pour porter des réponses aux besoins émergents ; là on entre dans les questions d’innovations dites sociales.

 

Aujourd’hui, avec la réponse à cet appel national, la Métropole de Lyon – si elle va au bout du processus – peut rapidement mettre en œuvre les objectifs de ces politiques publiques de développement économique.

Du point de vue des écologistes et au regard des connaissances actuelles sur la dépendance de notre économie locale à l’égard des ressources extérieures de notre territoire, cela peut accompagner d’autres modèles de production, d’autres offres de consommation pour baisser notre dépendance à des ressources dont l’approvisionnement à moyen terme n’est pas assuré, et ce en garantissant une qualité de vie pour tous.

Ces nouveaux modèles d’affaires qui privilégient les usages et l’immatériel sont pérennes grâce à l’hybridation des ressources mobilisées, pour faire jaillir la coopération entre acteurs d’un même territoire. Dans ces modèles, la Métropole en tant qu’institution est une ressource pour révéler des potentiels d’action, faciliter les projets et donner à voir les réalisations. C’est le cas pour le Carré de Soie à Villeurbanne, pour la démarche de la Vallée de la Chimie ou encore pour le futur site de Vénissieux.

 

Reste pour les écologistes en suspens la question de l’échelle et des autres leviers à mobiliser à savoir :

  • pour l’échelle: acceptons et mettons-nous en mouvement pour que des projets coopératifs naissent dans nos cœurs de communes et quartiers et pas uniquement sur de nouveaux espaces à aménager ou dépolluer. Pour que chacun puisse avoir accès à un service de réparation et d’allongement de la durée de vie de nos biens du quotidien, il faut des fab labs, cités des artisans, dans tous nos cœurs de quartiers ;
  • pour les leviers : dotons-nous, en complément de ressources financières comme celles de cet appel à projets, des outils incontournables pour soutenir ces modèles d’affaires à savoir :
    • une commande publique avec analyse du cycle de vie à coût complet par exemple ;
    • une articulation avec la monnaie locale complémentaire, la Gonette ;
    • la création d’un outil de mesure de l’inclusion et de la coopération comme grille d’analyse des projets entrepreneuriaux soumis aux analyses de nos agents et à nos votes : mettons en test une sorte de coopération conditionnalité des accompagnements de la Métropole.

 

Nous sommes favorables à la suite de cette recherche de fonds pour l’innovation qui nous l’espérons guidera la coopération pour et dans notre territoire.

Je vous remercie.

 

Seul le prononcé fait foi