Conseil Métropole / Politique agricole / Bertrand Artigny
Partager

Conseil de la Métropole du 16 mars 2018

Intervention de Bertrand Artigny

N° 2018-2666 – Politique agricole de la Métropole de Lyon pour 2018-2020

M. le Président, cher-e-s collègues,

Tout d’abord, je voudrais souligner que la présentation qui vient de nous être faite par Bruno CHARLES montre ô combien cette question est importante et, je dirais même, vitale non seulement pour nous, mais surtout, pour les générations futures, nos enfants et nos petits-enfants. Et nous pouvons nous féliciter des ambitions de notre collectivité sur la question de nos ressources alimentaires au travers de notre politique agricole, qui montre un vrai changement de paradigme pour trouver d’autres alternatives à la production de masse pilotée par des industries agro-chimiques.

Comme il a été souligné dans ce rapport, nous avons à prendre nos responsabilités face à de profonds changements tant sociétaux que climatiques que nous connaissons, n’en déplaise à certains responsables politiques outre-Atlantique.

Sur le plan environnemental, les évolutions climatiques que nous constatons année après année se traduisent par des phénomènes climatiques dont l’augmentation inquiétante de la fréquence et de l’ampleur finissent par ne plus nous surprendre. Mais cela s’accompagne aussi par des bouleversements de la croissance de végétaux nouveaux ou rendant difficile la culture de ceux qui font partie de notre patrimoine naturel, par l’arrivée de nouveaux insectes, la disparition ou l’apparition de prédateurs, etc. ce qui n’est pas sans conséquences sur le fonctionnement des exploitations agricoles et l’élevage de troupeaux.

Cela fragilise les agriculteurs et rend difficile l’atteinte de performances économiques nécessaires des exploitations pour permettre aux agriculteurs de vivre dignement. C’est pour cela que les initiatives présentées dans ce rapport, en matière de soutien à la transmission des exploitations, à l’installation de nouveaux agriculteurs et de valorisation des emplois agricoles permettent de soutenir durablement cette activité économique de premier ordre.

Mais les demandes sociétales de nos concitoyens en matière de qualité alimentaire et, surtout, d’hygiène alimentaire, nécessitent aussi que les exploitants puissent faire évoluer et moderniser leur outil, notamment ceux liés à la transformation. Nous allons les aider en ce sens, et nous pouvons donc nous en féliciter.

Mais tout cela ne pourrait avoir de cohérence si notre politique agricole ne s’inscrivait dans une démarche beaucoup plus large qui va vers une meilleure qualité de l’air, la préservation de nos ressources en eau, la qualité des sols, et avoir des produits alimentaires qui respectent le cycle des saisons.

Ce sont pour ces raisons que les élus EELV soutiendront cette politique agricole qui conduira, nous en sommes certains, à une plus grande proximité entre nos cultures paysannes et urbaines, au travers de circuits courts, de commerce direct, des AMAP… tout en produisant des produits exempts de substances chimiques nocives et dangereuses pour les générations futures, tout en assurant le dynamisme économique de notre territoire.

Nous voterons favorablement ce rapport.

Merci de votre attention.

 

Seul le prononcé fait foi