Conseil Métropole / L’Autre Soie, projet urbain innovant / Béatrice Vessiller
Partager

Conseil de la Métropole du 16 mars 2018

Intervention de Béatrice Vessiller

N° 2018-2684  Villeurbanne – Urban innovative actions (UIA) – Candidature de la Métropole de Lyon pour le projet L’Autre Soie – Demande de subvention auprès de l’Union européenne

 

M. le Président, cher-e-s collègues,

 

« L’Autre Soie », présenté dans l’appel à projets européen sur le thème de l’innovation urbaine est un projet très innovant, à plusieurs titres, à la fois dans son programme, son ambition et les acteurs qui le portent.

Il s’agit de construire un nouveau quartier, mêlant des fonctions urbaines diverses avec une forte dimension sociale, culturelle, environnementale, portant sur la requalification de bâtiments d’intérêt patrimonial, quelques constructions neuves et une part importante d’espaces publics et de rencontres.

Forte dimension sociale pour l’accueil de personnes vulnérables (mais pas seulement) avec de l’hébergement, du logement social, du logement étudiant, du logement d’insertion, avec de l’économie  sociale et solidaire, et notamment une épicerie sociale et des activités autour de la solidarité pour créer des dynamiques d’inclusion sociale. Précisons que  la vocation sociale est d’ores et déjà présente sur le lieu, puisque, depuis plus d’un an, l’ancien IUFM est un centre d’accueil et d’orientation pour des personnes migrantes (suite au démantèlement du camp de Calais). Une dimension culturelle avec, d’une part, la relocalisation du CCO1, un lieu emblématique de Villeurbanne autour de la culture et de la citoyenneté, et d’autre part, avec la transformation d’un bâtiment industriel des années 20, qu’il faudra à la fois adapter à ses nouveaux usages de logement social et préserver dans ses qualités architecturales et de bâti.

La dimension environnementale est fortement présente sur au moins deux aspects :

  • d’abord une exemplarité en termes de démolition, tri, reconstruction et réemploi des matières et matériaux des bâtiments et logements ;
  • ensuite, un accompagnement des habitant-e-s actuels et futurs à des démarches de réparation, ré-utilisation au travers de chantiers participatifs.

Le projet est porté par un partenariat lui aussi innovant : des bailleurs sociaux, des associations d’insertion par le logement, la Fondation Abbé Pierre, des acteurs de l’économie sociale et solidaire, un acteur culturel local, la Ville de Villeurbanne et la Métropole. La volonté est de faire émerger une implication citoyenne forte. L’objectif est là, reste à le mettre en œuvre à la fois avec les habitants actuels du quartier puis les futurs résidents qui devront être complètement parties prenantes des lieux et du « vivre et faire ensemble », comme l’indique joliment le projet.

Un projet de grande qualité, que nous soutenons, vous l’aurez compris ! La Métropole met ainsi en œuvre ses engagements en matière d’accueil des personnes fragiles, d’économie circulaire, de zéro gaspillage tout autant que ceux relatifs au développement de l’économie sociale et solidaire.

Ces engagements pourraient aussi être poussés dans d’autres projets urbains de notre territoire, dans différentes ZAC et par exemple dans le projet du Vallon des Hôpitaux.

Nous souhaitons aussi vivement que la Métropole s’implique dans des projets partenariaux innovants en direction d’autres publics vulnérables, en particulier les migrants, qu’ils soient majeurs, mineurs, seuls ou en famille. Aujourd’hui, sur notre territoire, pour nombre d’entre eux, la situation n’est pas acceptable et des initiatives citoyennes pallient, comme elles peuvent, la défaillance institutionnelle sur l’accueil.

L’Etat, qui a en charge la politique migratoire, l’accueil, l’hébergement, le traitement des demandes d’asile, doit renforcer les moyens actuels. Même si le nombre de places d’accueil a augmenté, cela n’est pas suffisant. Mais l’Etat ne pourra agir seul. Dans toutes les agglomérations qui font face à ces situations, celles qui parviennent à bien les gérer (notamment à éradiquer les squats, les campements et offrir des solutions d’accueil à toutes les personnes concernées) sont celles où un partenariat large entre tous les acteurs a permis de construire des réponses appropriées. Nous souhaitons donc que, sous l’impulsion du préfet, une grande mobilisation de tous, Etat, Métropole, communes, associations, collectifs citoyens, travaillent ensemble pour élaborer des projets innovants et que chacun prenne sa part, sa juste part, dans un plan d’actions pour l’accueil et l’inclusion sociale des demandeurs d’asile, des réfugiés et des nouveaux arrivants issus de l’immigration.

La sortie du Plan froid fin mars le nécessite mais c’est sur l’année et sur la durée qu’il nous faut agir tous ensemble !

 

Soyons innovants, soyons volontaires, comme pour l’Autre Soie !

Je vous remercie.

 

Seul le prononcé fait foi

 

1 Centre culturel oecuménique