Conseil Métropole / Future loi d’orientation des mobilités / Bertrand Artigny
Partager

Conseil de la Métropole du 16 mars 2018

Intervention de Bertrand Artigny

N° 2018-2599 –  Future loi d’orientation des mobilités (LOM) suite aux Assises nationales de la mobilité – Contribution de la Métropole de Lyon

 

M. le Président, cher-e-s collègues,

 

Tout d’abord, je souhaite adresser mes remerciements et mes félicitations à nos collègues qui viennent de nous livrer une présentation complète et synthétique sur un dossier complexe.

Beaucoup de choses importantes ont été précisées, je ne reviendrai pas dessus de manière exhaustive. Mais comme vous vous en doutez les élu-e-s écologistes sont en phase avec quasi toutes les propositions qui viennent de nous être présentées, à l’exception de l’une d’entre elles. J’y reviendrai.

Nous espérons donc bien que la prochaine Loi d’Orientation des Mobilités répondra de manière positive à la plupart des préoccupations exprimées.

 

Lors de cette présentation, nous avons bien vu que les deux objectifs que sont la Santé Publique et l’Équité Sociale sont au cœur de ces propositions :

  • La santé publique d’abord, en faisant en sorte de diminuer non seulement les émissions de polluants mais aussi l’exposition à ces polluants, au travers de la mise en œuvre de la Zone à Faible Émission, et ce de multiples manières comme nous avons pu le constater sur la présentation des « mobilités plus propres » ;
  • L’équité sociale ensuite, à travers la volonté de couvrir les zones non denses, de renforcer le maillage territorial, le désenclavement, d’élargir le « bouquet de services » permettant de répondre à la diversité des besoins de nos concitoyens.

À cet égard, nous faisons nôtre la déclaration de la ministre des Transports qui confirmait, en introduction des Assises de la Mobilité, ce que nous savons par expérience, à savoir qu’un quart des emplois proposés à des chômeurs sont refusés en raison de l’absence de solutions adaptées en terme de mobilités.

Aussi, nous sommes convaincus que des mobilités plus inclusives, plus solidaires doivent contribuer à résoudre une des équations liés à la privation d’emploi.

Nous apprécions que les propositions émises aillent dans ce sens.

 

Nous avons toutefois quelques regrets.

L’absence totale dans ce rapport de toute référence au transport par câble. Très peu gourmand en emprise au sol, très compétitif au niveau coût, avec des débits horaires performants, il ne manque pas d’avantages. Et en tant que Lyonnais nous le savons : pour rappel, dans le  5ème arrondissement, le funiculaire de Fourvière comme celui de Saint-Just sont des versions efficaces du transport par câble, même si ce n’est pas aérien.

Bien qu’il soit trop tard pour ajouter ce point dans notre contribution à la loi d’orientation, notre groupe espère que les conseillers métropolitains qui représentent notre assemblée au sein du conseil syndical du Sytral, demanderont que l’hypothèse  « Transport par câble » soit inscrite dans les études en cours ou à venir.

Notre deuxième regret, c’est la part trop modeste donnée au vélo à assistance électrique. Permettant de franchir sans effort majeur les  pentes des collines, il peut devenir un maillon essentiel de l’intermodalité. C’est sans doute une des clés déterminantes qui fera baisser le taux d’équipement des ménages en véhicules thermiques. C’est un nouvel outil qui permettra, si nous savons en favoriser l’acquisition et faciliter les déplacements, de soulager bien des parkings relais, souvent engorgés par des véhicules qui souvent ont fait moins de cinq kilomètres, voire moins de deux, pour venir se garer.

 

Pour terminer et non pour conclure, je voudrais dire ici notre satisfaction de voir l’enterrement de première classe qui est offert à l’Anneau des Sciences : trois alinéas et moins de dix lignes lui sont consacrés dans ce document ; ce qui est bien peu au vu de la densité et de la qualité des dix pages de cette délibération. Nous en prenons acte avec plaisir.

 

Nous voterons bien entendu ce rapport.

Merci de votre attention.

 

Seul le prononcé fait foi