CONSEIL METROPOLE / EHPAD, UN MEILLEUR FINANCEMENT POUR LES PLUS DEPENDANTS / PIERRE HEMON / 6 NOVEMBRE 2017
Partager

Conseil de la Métropole 

EHPAD : un meilleur financement pour les plus dépendants

Pierre Hémon

N° 2017- 2277       CPOM EHPAD

M. le président, cher-es collègues

Quelques mots sur cette délibération que notre groupe votera. Délibération qui sous des aspects techniques illustre bien, la politique de la Métropole en matière de solidarité avec les plus fragiles de nos concitoyens, nos aînés en situation de grande dépendance, physique ou psychique.

Il s’agit en effet de CPOM, de Contrats Pluriannuels d’Objectifs et de Moyens, des objectifs liés à une contractualisation entre l’Agence Régionale de Santé Auvergne-Rhône-Alpes, la Métropole et les Établissements d’Hébergement de Personnes Âgées Dépendantes, présents sur notre territoire.

L’objet de cette intervention est d’attirer votre attention, chers collègues sur le dispositif de financements complémentaires lié au degré de dépendance prises en charge par les établissements.

Effort de solidarité puisque le dispositif permet de « bonifier » en quelque sorte le forfait dépendance, pour favoriser les dispositifs innovants comme les PASA, Pôles d’Activité et de Soins Adaptés, mais aussi les ouvertures de places en UVP, les unités de vie protégée qui accueillent les personnes atteintes de maladie d’Alzheimer ou pathologies apparentées, en UHR, unités d’hébergement renforcée (UHR) qui accueillent des résidents souffrant de la maladie de Parkinson ou de syndromes apparentés ; et enfin les UPHV, unités de personnes en situation de handicap vieillissantes, personnes souffrant notamment d’atteintes psychiques graves.

Je termine en soulignant que la qualité de la prise en charge de nos anciens est un des objectifs de ces CPOM et qu’elle se concrétise par exemple à travers la prévention des chutes, la mesure et la prise en charge de la douleur.

Si la Métropole ne peut régler toutes les difficultés des EHPAD, manque de personnels, insuffisante reconnaissance des qualifications, elle peut agir concrètement, à travers ces conventionnements par exemple, pour le mieux-être de nos concitoyens qui résident dans ce qui sera leur dernière demeure.

Seul le prononcé fait foi