Retour à la case voiture ! /// Cars du Rhône : Concerter, améliorer et développer des alternatives plutôt que réduire /// Communiqué de presse 28.04.2016 /// Groupe élu-e-s EELV Métropole Lyon
Partager

Communiqué de presse

Retour à la case voiture !

Cars du Rhône :  Concerter, améliorer et développer des alternatives plutôt que réduire 

« Je ne voterai pas une telle délibération « déclare Pierre Hémon, président du groupe Europe Ecologie Les Verts de la Métropole de Lyon, membre du Sytral.

Alors que dernièrement  la COP 21 s’est engagée pour le climat et que plus localement les débats autour du Plan de Déplacements Urbains à horizon 2025 et 2030 mettent la santé publique et l’équité tant sociale que territoriale en exergue, le conseil départemental fait un choix du passé, en décidant de réduire de 16% dès janvier sa dotation au Sytral et de réduire l’offre de transport en commun dans le département du Nouveau Rhône, voir de la supprimer en certains endroits.

Pierre Hémon ajoute que « le conseil départemental a fait un choix du passé qui consiste à renvoyer nombre d’usagers vers des solutions privées, individuelles, le retour à l’automobile bien souvent. Cette solution revient très cher financièrement aux utilisateurs et  concourt à accroitre la pollution atmosphérique ».

Il précise : « C’est un choix du passé aussi dans ses méthodes, puisque le défaut d’information est allé de pair avec le refus de concertation avec des citoyens associés, le refus de prise en compte de leur « expertise d’usage » ».

Les usagers ont pourtant fait preuve d’un vrai sens des responsabilités en réfléchissant à des propositions alternatives et/ou complémentaires permettant des solutions de compromis. Leurs propositions de moratoire pour les lignes 134 (Condrieu Givors) et 231(Condrieu Vienne) et d’adaptation de la ligne 711 sont tout à fait cohérentes et méritent attention.

Pierre Hémon regrette qu’ « il n’y ait pas eu le temps de l’échange et de la concertation afin d’améliorer l’existant, changer des horaires, adapter des lignes. Une concertation avec les départements voisins de l’Isère et de la Loire aurait été nécessaire pour travailler à optimiser l’offre, à réduire les doublons. Les communautés de communes auraient dû être sollicitées pour mettre en place des mesures spécifiques (navettes locales, transports locaux à la demande) et ce d’autant plus que des exemples existent dans le département. Et prendre encore le temps d’écouter, d’échanger avec les usagers, de réfléchir avec eux à la mise en place de covoiturage, à développer l’autopartage ».

Mais c’est bien le choix inverse qui a été fait, de façon délibérée ; c’est tout à fait regrettable.

Pierre Hémon

Président du  groupe des élu-e-s Europe Ecologie Les Verts de la Métropole de Lyon

Administrateur du Sytral

Groupe des élu-e-s Europe Ecologie Les Verts de la Métropole de Lyon

…………………………………………………………………………………………………..