Cantines des collèges : plus de bio, plus de local pour les gones !
Partager

INTERVENTION DE BRUNO CHARLES // CONSEIL DE LA MÉTROPOLE DE LYON DU 20 JUILLET 2017

Concernant cette délibération sur le service public de restauration scolaire au sein des collèges de notre métropole, nous voulons faire deux séries d’observations :

Tout d’abord nous saluons l’objectif expressément affirmé dans cette délibération, je cite « d’utilisation de production agricole et agroalimentaire de proximité de saison pour une restauration collégienne durable (circuits courts, bio etc.)

La construction de cette délibération était pour nous un test important pour montrer notre volonté de cohérence entre les différentes politiques de notre métropole : la politique de soutien à une agriculture de proximité, l’impact de l’alimentation sur la santé de nos collégiens et les politiques de développement durable.
Je souhaite donc en premier lieu saluer le travail qui a été fait en commun entre les délégations aux marchés publics et au développement durable et à l’éducation. Cela a permis de concilier les objectifs de nos politiques et de gagner en qualité de la proposition.
Concrètement, la totalité des fruits, légumes, céréales (sauf le pain) et des légumineuses devront provenir de l’agriculture biologique. C’est un signal important que nous envoyons à la profession agricole. Le reste de l’alimentation devrait être couvert par des labels de qualité et c’est une bonne chose.
Bien sûr, nous regrettons que l’état actuel du droit ne nous permette pas de mettre les critères de production locale dans les appels d’offres. D’autant que les études conduites ont montré que presque tous les produits peuvent être trouvés dans un rayon de 50 km autour de Lyon. Nous espérons que le rappel dans le cahier des charges de l’appel d’offres de la nécessaire cohérence entre les offres qui nous seront soumises et les politiques de développement durable de la métropole conduira les candidats à accentuer fortement l’approvisionnement local. Et que cela sera un critère discriminant dans le choix qui sera fait.

En second lieu, sur le mode de gestion.

Vous le savez, notre groupe a une nette préférence pour la régie, pas seulement pour des raisons de principe mais aussi parce que dans de nombreux domaines, y compris dans nos politiques métropolitaines, l’expérience montre une gestion à la fois plus efficace et plus vertueuse par les régies.
Cette délibération prévoit une augmentation du nombre de cantines en délégation de service public. Nous avons bien entendu les arguments avancés pour cette augmentation, mais nous sommes attachés à ce que la régie reste le principe, et que chaque fois que nous passons en DSP, ce soit à la condition que soit formellement démontré l’avantage de ce mode de gestion pour la qualité du service, que cela n’ait pas comme contrepartie une précarisation du personnel.

Nous voterons cette délibération, en restant à très attentif sur la suite concrète et donc à l’évolution des cantines de nos collèges.

 

N° 2017-1993        Service public de restauration scolaire au sein des collèges métropolitains – Choix du mode de gestion –