Blocage de la manifestation Travail : Lettre ouverte au Préfet du Rhône
Partager

Ce jour nous avons écrit au Préfet du Rhône, afin de demander des explications quant aux raisons qui ont pu guider les violentes interventions des forces de l’ordre lors de la manifestation contre la loi Travail du mardi 12 septembre.

Voici la lettre :

M. Henri-Michel COMET
Préfet du Rhône
Préfecture du Rhône
69 419 LYON CEDEX 03

Lyon, le 15 septembre 2017

Monsieur le Préfet du Rhône

Mardi 12 septembre, notre mouvement était présent à Lyon à la manifestation contre les ordonnances de la Loi Travail.

Nous avons été témoins, lors de cette manifestation, de faits graves, susceptibles de menacer notre droit constitutionnel à faire grève et à manifester.

En effet lorsque le cortège se mettait en mouvement, alors qu’il n’y avait aucun signe de perturbation et que rien ne le justifiait, les forces de l’ordre sont intervenues en bloquant la tête du cortège. Les forces de l’ordre ont surpris en isolant quelques manifestant.e.s, les empêchant de manifester et en faisant usage de lacrymogènes.

Nous jugeons que l’usage de notre force publique était disproportionné dans un cadre qui ne le justifiait pas. Notre mouvement souhaite attirer votre attention qu’une démocratie vivante se mesure au libre exercice du droit citoyen, au libre exercice de l’esprit critique et de son expression. Elle ne peut accepter l’atteinte à des droits inscrits au cœur de notre Constitution, par un État censé protéger ses citoyen.ne.s et être garant de ses libertés fondamentales.

Nous tenons à saluer l’attitude ferme et pacifique des organisateurs/trices de la manifestation, qui par le biais de la négociation avec les forces de l’ordre ont obtenu la réintégration des personnes mises à l’écart. Nous tenons à saluer également le comportement des manifestant.e.s qui ont patienté.

Cette séquence a rappelé à nombre des manifestant.e.s, les évènements du 21 octobre 2010, lors d’une manifestation contre les lois retraites, avec une place Bellecour aux issues condamnées et survolée indécemment.

Nous vous sollicitons Monsieur le Préfet pour connaitre les raisons qui ont pu guider ces interventions violentes des forces de l’ordre.

Nous vous remercions de votre attention et vous prions de croire, Monsieur le Préfet en l’assurance de notre considération.

Raymonde Poncet, Yves Durieux co-secrétaires d’EELV 69.